Publicité Annonce Tribune de l'Art souscription 2

Lorrains sans frontières


« C’est notre histoire ! » Nancy, Musée Lorrain.
« Les Couleurs de l’Orient ». Nancy, Musée des Beaux-Arts.
Du 7 octobre 2017 au 4 février 2018.

Le Musée des Beaux-Arts de Nancy et le Musée Lorrain proposent une double exposition sur le thème générique de « Lorrains sans frontières ». Regroupement un peu artificiel puisque les deux parties ne se répondent pas vraiment, ce qui n’est pas gênant car l’ensemble est plutôt réussi.


JPEG - 337 ko
1. Vue de l’exposition du Musée Lorrain
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 63 ko
2. Jean-Joseph Weerts (1847-1927)
France !! Ou l’Alsace et la Lorraine désespérées
Huile sur toile - 170 x 230 cm
Nancy, Musée Lorrain
Photo : Musée Lorrain
Voir l'image dans sa page

JPEG - 355.1 ko
3. Joseph-Émile Gridel (1839-1901)
Le bataillon des mobiles de la Meurthe à la bataille
de Nompatelize, le 6 octobre 1870
, 1874
Huile sur toile
Nancy, Musée Lorrain
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Au Musée Lorrain, il s’agit d’une exposition à dominante historique, qui s’intéresse au double phénomène de l’émigration des Lorrains vers d’autres terres, et des mouvements d’immigrations en sens contraire, aux XIXe et XXe siècles. La partie artistique est donc là à titre d’illustration mais reste conséquente, avec des dessins, des estampes, des tableaux et des sculptures en rapport avec ce thème. On apprend beaucoup de choses sur le passé récent de la Lorraine, une terre qui, en raison de sa position frontalière, a connu de très nombreux mouvements de population tout au long de son histoire.
Parmi les œuvres présentées (dans une muséographie agréable signée d’Alexandre Fruh - ill. 1), on signalera des tableaux peu connus du Musée Lorrain comme par exemple celui de Jean-Joseph Weerts (ill. 2) montrant de manière allégorique le désespoir de l’Alsace et de la Lorraine après l’annexion par l’Allemagne, ou une œuvre de Joseph-Émile Gridel représentant la bataille de Nompatelize, gagnée par la Prusse (ill. 3). Signalons également un intéressant dessin de la façade de la cathédrale de Metz, reconstruite par un architecte allemand Paul Tornow (ill. 4).


JPEG - 319.3 ko
4. Paul Tornow (1848-1921)
Portail de la cathédrale de Metz
Fusain et plomb sur papier
Metz, Musée de la Cour d’Or
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

JPEG - 313.1 ko
5. Victor Prouvé (1858-1943)
Portrait de René Wiener sur une pique, 1885
Huile sur toile
Nancy, Musée Lorrain
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Le Musée des Beaux-Arts s’intéresse pour sa part aux peintres orientalistes lorrains, uniquement à partir de ses collections, ce qui a permis de mener des restaurations et de présenter des œuvres conservées habituellement en réserves, dont certaines resteront désormais dans le circuit permanent. De petite taille (trois salles seulement, mais plutôt riches en œuvres) elle est séparée en autant de sections.
Le début du parcours est consacré à l’Orient rêvé, c’est-à-dire celui de ceux qui n’ont pas ou pas encore voyagé mais se basent sur les œuvres de leurs prédécesseurs (Delacroix est bien sûr un grand modèle) ou les descriptions des écrivains. On y découvre plusieurs tableaux par Victor Prouvé, Henri Lévy ou Émile Friant. Du premier on notera un tableau étonnant (ill. 5) où il peint son ami René Wiener décapité, la cigarette fumante encore à la bouche devant son bourreau dont on ne voit que les pieds. Le rapport avec Exécution sans jugement sous les rois mauresques de Grenade d’Henri Regnault est évident. Du deuxième, peintre d’Histoire remarquable de la seconde moitié du XIXe siècle, très delacrucien1, dont on aimerait voir un jour une rétrospective à Nancy, on appréciera une grande toile sortie des réserves, Hébreux captifs pleurant sur les ruines de Jérusalem (ill. 6) Du troisième enfin, on rappellera qu’il vient de se voir consacrer une exposition monographique au Musée des Beaux-Arts (voir l’article). Quant à Théodore Devilly, peintre messin peu connu, il est l’auteur d’un tableau de bataille, La Mort du sergent Blandan (ill. 7), qu’on croirait tiré d’un panorama, et qui a bénéficié d’une restauration fondamentale.


JPEG - 871.7 ko
6. Henri Lévy (1840-1904)
Hébreux captifs pleurant sur les ruines de Jérusalem, 1869
Huile sur toile
Nancy, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

JPEG - 1022.4 ko
7. Théodore Devilly (1818-1886)
Mort du sergent Blandan, 1882
Huile sur toile
Nancy, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

La salle suivante se consacre au voyage en Orient, et montre des œuvres parfois dues aux mêmes artistes qui ont fini par mettre leur rêve à exécution. On verra plusieurs petites esquisses peintes par Jacques Majorelle et d’autres par Victor Prouvé, qui n’étaient pas montrées auparavant. Un plâtre patiné d’Émile Just Bachelet, représentant un buste de spahi (ill. 6), est également une œuvre restaurée et sortie des réserves comme le sont plusieurs petits bronzes d’Aimé Morot. De ce dernier on verra aussi une peinture, Retour de la chasse aux lions (ill. 7), qui ressort beaucoup mieux ici sur un mur jaune que sur le mur blanc où elle est normalement accrochée. On notera que la muséographie, excellente dans sa simplicité, est comme pour l’exposition Émile Friant le fruit du travail des équipes du musée sous la direction de Charles Villeneuve de Janti (ce qui est une source non négligeable d’économies).


JPEG - 354.5 ko
8. Émile-Jules Bachelet (1892-1981)
Spahi, 1915
Plâtre peint
Nancy, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 332.9 ko
9. Aimé-Nicolas Morot (1850-1913)
Retour de la chasse au lion, 1902
Huile sur toile
Nancy, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

La dernière salle montre encore quelques peintures plus tardives de Jacques Majorelle, accompagnées essentiellement par des objets d’art. Un grand coffre (ill. 8) réalisé dans l’atelier qu’avait ouvert cet artiste au Maroc a été entièrement restauré et est sorti des réserves. il rejoindra les collections permanentes après la fin de l’exposition, dans une salle dédiée à l’Orientalisme (pas uniquement lorrain). On voit aussi dans les vitrines un riche coffret par Victor Prouvé ainsi que des verres d’inspiration islamique par la manufacture Daum et Émile Gallé.


JPEG - 366.5 ko
10. Jacques Majorelle (1886-1962)
Cabinet, 1925
Cuir peint et cloué sur bois
Nancy, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Après le fleurs, le coup de patte : aucune de ces deux expositions ne bénéficie d’un catalogue, seul un hors-série édité par Le Républicain Lorrain en gardera une trace, bien légère. S’il contient plusieurs textes intéressants écrits notamment par les commissaires des expositions, on n’y trouvera aucune liste des œuvres exposées dont beaucoup ne sont d’ailleurs pas reproduites (ou le sont médiocrement), pas davantage que de notices2, alors que certains artistes et plusieurs œuvres sont mal connus. Certes, le compte Flickr du musée proposera une illustration de chaque objet et du cartel qui l’accompagne, mais cela ne remplace pas un catalogue. Si l’album aurait pu suffire pour la présentation du Musée Lorrain, essentiellement historique et où il n’est pas nécessaire d’étudier chaque document, il se révèle donc très insuffisant pour l’exposition du Musée des Beaux-Arts. On se doute qu’une question budgétaire s’est posée, ce qui est vraiment dommage. Sans catalogue, une exposition est un peu orpheline…


Commissaires : Richard Dagorne et Sophie Mouton (Musée Lorrain) ; Charles Villeneuve de Janti (Musée des Beaux-Arts).


Informations pratiques : Musée Lorrain, 64, Grande Rue 54000 Nancy. Tél : 00 33 (0)3 83 17 86 7. Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h, sauf le lundi. Tarif : 4 € (réduit : 2,5 €).
Site internet du Musée Lorrain.

Musée des beaux-arts, 3 place Stanislas, 54000 Nancy. Tél : +33 (0)3 83 85 30 72. Ouvert tous les jours sauf le mardi de 10 h à 18 h. Tarif : 7 € (réduit : 4,50 €).
Site internet du Musée des Beaux-Arts de Nancy.

Attention : le Musée Lorrain étant fermé le lundi, et le Musée des Beaux-Arts le mardi, nous conseillons aux lecteurs de La Tribune de l’Art de ne pas s’ y rendre un lundi ou un mardi, car vous ne pourrez visiter qu’une des deux expositions.


Didier Rykner, mercredi 11 octobre 2017


Notes

1Ce terme désigne les peintres qui s’inspirent d’Eugène Delacroix.

2D’où l’absence de certaines dimensions dans les légendes de cet article : nous ne les avons pas trouvées.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Johan Maelwael

Article suivant dans Expositions : Contemplations. Tableaux des églises de Bretagne