Ingres et l’Antique. L’illusion grecque Contenu abonnés


Montauban, Musée Ingres. Du 15 juin au 15 septembre 2006. Puis musée de l’Arles et de la Provence antiques, du 2 octobre 2006 au 2 janvier 2007.

JPEG - 93.4 ko
1. Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867)
Antiochus et Stratonice, 1866
Huile, mine de plomb, aquarelle,
vernis sur papier collé sur toile - 61 x 92 cm
Montpellier, Musée Fabre
© Musée Fabre
Voir l'image dans sa page

Beau comme l’Antique : avant de rejoindre le dictionnaire des idées reçues, la formule servit de programme à David et ses élèves, que liaient leur attachement à la belle forme autant que le désir de couper avec 150 ans d’académisme. Dès la mi-temps du siècle, Winckelmann et Diderot avaient rappelé que le paradigme antique ne pouvait être une fin en soi mais le moyen d’apprendre à voir, d’échapper aux fléaux de la routine, artifice et mignardise, et aux ambiguïtés d’une fausse morale. Le nouveau classicisme des années 1780-1800 doit se lire comme un retour déclaré au « naturel », sinon à la nature, un élan d’affranchissement pris d’emblée dans ses contradictions, qui resteront celles d’Ingres. Entre Phidias et Van Eyck, Praxitèle et Holbein, où situer la limite au-delà de laquelle l’imitation choisie du réel vire au réalisme ? La surenchère stylistique au maniérisme ? Mais la Grèce de Winckelmann et d’Ingres, pour être une construction mythique et esthétique, induit un regard concret sur le monde et le processus historique, de l’organisation sociale aux mœurs les plus intimes. Politique, religion, sexe, partout la liberté et le droit d’inventaire sont de mise chez les artistes et les penseurs les plus conséquents. Malgré la chape de plomb que l’histoire de l’art a longtemps fait peser sur lui, Ingres incarne à la fois cette quête formelle et cette libre pensée, jusqu’à la caricature. Jupiter et Thétis, on y reviendra, fut le premier manifeste d’un double excès. C’est le danger des vraies passions.

JPEG - 153.7 ko
2. Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867)
Hadès et Perséphone
Planche de calques et dessins
d’après la céramique grecque
Montauban, Musée Ingres
© Musée Ingres
Voir l'image dans sa page

Individu peu structuré, si on le juge par son étonnante…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Roger Marx, un critique aux côtés de Gallé, Monet, Rodin, Gauguin…

Article suivant dans Expositions : Eugène Carrière / Gabriel Séailles – Echanges philosophiques et artistiques sur l’art du paysage