Frans Hals. Face à face avec Rembrandt, Rubens et Titien Contenu abonnés


Frans Hals. Oog in oog met Rembrandt, Rubens en Titiaan.
Haarlem, Frans Hals Museum, du 23 mars au 28 juillet 2013.

JPEG - 168.4 ko
1. Frans Hals (1582/1583-1666)
Les régentes de l’hospice de vieillards de Haarlem, 1664
Huile sur toile - 170,5 x 249,5 cm
Haarlem, Frans Hals Museum
Photo : Frans Hals Museum
Voir l'image dans sa page

Comparaison n’est pas raison. L’exposition de Haarlem consacrée à Frans Hals, l’enfant du pays, qui cherche à mettre l’artiste en rapport avec la peinture vénitienne du XVIe siècle et avec quelques-uns de ses contemporains, prouve une nouvelle fois la justesse de cet adage.
Signalons d’emblée que si une grande partie des tableaux sont ceux du musée Hals, celui-ci a obtenu de nombreux prêts de haute qualité, qui donnent tout de même à cette rétrospective, malgré la faiblesse de son propos, un certain intérêt. L’ensemble reste néanmoins décevant.

Karel van Mander, maître de Hals et théoricien de la peinture (dont on peut voir deux ravissants tableaux), connaissait l’art de Titien et de Tintoret et en parlait avec admiration. Est-ce suffisant pour écrire comme on le lit dans le catalogue que « Hals fut en fait un élève indirect de Tintoret » ? L’affirmation paraît audacieuse. La technique de Hals est-elle d’ailleurs proche de celle du dernier Titien et de Tintoret ? Pour convaincre de cette hypothèse, il aurait sans doute fallu proposer autre chose qu’un Tintoret très médiocre provenant des réserves du Prado. Et même le beau Titien de Rotterdam ne montre, comparé à Hals, qu’un même plaisir de la peinture pure dont l’un ne provient pas forcément de l’autre.
Beaucoup de ces confrontations tombent ainsi à plat, soit qu’elles ne soient guère révolutionnaires (la proximité entre Hals et Judith Leyster son élève n’est pas une révélation destinée à bouleverser l’histoire de l’art), soit qu’elles ne relèvent que de la ressemblance superficielle due à une communauté de dates, et de contextes, comme celle entre les Régentes de l’hospice de vieillard de Haarlem (ill. 1) de Frans Hals et les portraits de Jacob Trip et de son épouse par Rembrandt conservés à la National…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Le broyeur de sombre. Bourdelle, dessins de jeunesse

Article suivant dans Expositions : Fenêtres, de la Renaissance à nos jours Dürer, Monet, Magritte