Financez la restauration d’un tableau flamand inédit grâce à La Tribune de l’Art


Pour contribuer à la restauration de ce tableau, c’est ici.

JPEG - 934.4 ko
1. Pieter Aertsen (1508-1575) ou
Joachim Beuckelaer (1534-1574/75)
L’Adoration des Bergers, 156(?)
Huile sur panneau - 83,5 x 113 cm
Renay, église Saint-Gilles
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Depuis novembre 2016, La Tribune de l’Art peut recevoir des dons défiscalisables des lecteurs qui souhaitent nous soutenir. Nous avons donc lancé en novembre et décembre dernier une première campagne de financement participatif. Celle-ci a très bien marché et le montant reçu contribuera aux développements informatiques que nous prévoyons de mener cette année sur le site (un projet nécessaire compte tenu de l’évolution des technologies).

Nous souhaitons organiser ainsi deux ou trois campagnes par an. Mais nous avons également eu l’idée d’alterner celles-ci avec d’autres campagnes dont l’objectif ne sera pas d’aider La Tribune de l’Art, mais de restaurer une œuvre, ou d’en acquérir une qui sera offerte à un musée. Le principe en est simple : pendant un temps défini, les visiteurs donnent au site et à ce titre peuvent déduire de leurs impôts ce qu’ils déduiraient s’ils donnaient pour une opération classique de mécénat (66% pour les particuliers, 60% pour les entreprises). Nous nous engageons à consacrer à notre tour l’intégralité de l’argent recueilli (moins les frais de gestion de la plate-forme « J’aime l’info » qui recueille les dons et nous les transmets) à la restauration ou à l’acquisition en question.


JPEG - 1.2 Mo
2. Église Saint-Gilles de Renay (Loir-et-Cher)
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 698 ko
3. Église Saint-Gilles de Renay (Loir-et-Cher)
avec le tableau d’Aertsen ou Beuckelaer
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Une rencontre avec l’excellente équipe de la DRAC Centre-Val-de-Loire nous a donné l’idée de commencer cela avec la restauration d’un tableau (ill. 1). L’œuvre est admirable et inédite. Bien que classée monument historique, elle ne portait aucune attribution. C’est Hélène Lebédel, conservateur des monuments historiques, qui l’a identifiée, probablement comme une œuvre de Pieter Aersten, important artiste flamand du XVIe siècle dont les œuvres sont extrêmement rares dans les collections publiques françaises. Jacques Foucart, qui ne connaît l’œuvre qu’en photo, préfère y voir la main de son neveu et élève Joachim Beuckelaer.


JPEG - 1.3 Mo
4. Pieter Aertsen (1508-1575) ou
Joachim Beuckelaer (1534-1574/75)
L’Adoration des Bergers, 156(?), détail
Huile sur panneau - 83,5 x 113 cm
Renay, église Saint-Gilles
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 1.2 Mo
5. Pieter Aertsen (1508-1575) ou
Joachim Beuckelaer (vers 1533-vers 1574)
L’Adoration des Bergers, 156(?), détail
Huile sur panneau - 83,5 x 113 cm
Renay, église Saint-Gilles
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Ce panneau est conservé dans l’église de Renay (ill. 2), très petit village du Loir-et-Cher. Cela faisait de très nombreuses années que la DRAC voulait le restaurer et était prête à y consacrer un important budget, mais la loi impose une participation, même faible, du propriétaire, en l’occurrence la commune. Celle-ci refusait obstinément de mettre un seul euro dans cette restauration. Nous avons donc proposé à la DRAC de nous substituer à la municipalité en recueillant l’argent nécessaire auprès de nos lecteurs. Une solution qui aurait permis de débloquer les choses et de sauver l’œuvre, mais peu satisfaisante car le principe d’impliquer la ville dans la sauvegarde de son patrimoine nous paraît néanmoins essentiel. Nous nous sommes alors rendu sur place en compagnie d’Hélène Lebédel et du Conservateur des Antiquités et Objets d’Art du Loir-et-Cher, Dominique Ménanteau, pour plaider une nouvelle fois la cause de ce tableau. Avec succès cette fois : l’implication de La Tribune de l’Art venue s’ajouter à celle de la DRAC et de Dominique Ménanteau, qui est revenu défendre ce projet devant le conseil municipal, a réussi à convaincre Madame la Maire, Danielle Cohergne, et l’intégralité du conseil qu’ils ne pouvaient entièrement laisser à d’autres ce qui est aussi de leur responsabilité. Ils ont donc accepté de donner environ 1500 € qui viendront s’ajouter au 2500 € que nous souhaitons réunir afin d’obtenir 4000 €. Le reste du montant de la restauration (qui se monte à un total de 11772 €TTC) sera pris en charge par la DRAC avec une petite participation du département.


JPEG - 1.6 Mo
6. Pieter Aertsen (1508-1575) ou
Joachim Beuckelaer (1534-1574/75)
L’Adoration des Bergers, 156(?), détail
Huile sur panneau - 83,5 x 113 cm
Renay, église Saint-Gilles
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 1.5 Mo
7. Pieter Aertsen (1508-1575) ou
Joachim Beuckelaer (1534-1574/75)
L’Adoration des Bergers, 156(?), détail
Huile sur panneau - 83,5 x 113 cm
Renay, église Saint-Gilles
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Nous lançons donc, à partir de cette page, une opération de mécénat pour réunir 2500 €1, qui seront entièrement affectés à la restauration. Cela aura aussi pour avantage d’éviter la mise en place par la mairie de ce très petit village d’un système complexe de gestion des reçus aux donateurs : tout est pris en charge par la structure « J’aime l’info » qui sert d’intermédiaire pour le recueil des fonds par La Tribune de l’Art.


JPEG - 754.4 ko
8. Pieter Aertsen (1508-1575) ou
Joachim Beuckelaer (1534-1574/75)
L’Adoration des Bergers, 156(?), détail
Huile sur panneau - 83,5 x 113 cm
Renay, église Saint-Gilles
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 814.2 ko
9. Pieter Aertsen (1508-1575) ou
Joachim Beuckelaer (1534-1574/75)
L’Adoration des Bergers, 156(?), détail de la date
Huile sur panneau - 83,5 x 113 cm
Renay, église Saint-Gilles
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Revenons à ce très important tableau dont les photographies de détail montrent la qualité (ill. 2 à 6). Il représente L’Adoration des Bergers et s’il n’est pas signé, il porte une date (156 ?) dont le dernier chiffre n’est pas vraiment lisible (il s’agit peut-être d’un 9 ; ill. 7). On peut comparer cette œuvre avec une autre Adoration des bergers, par Pieter Aersten (ill. 8), conservée au Musée des Beaux-Arts de Rouen. Si la composition est différente (format vertical, absence de saint Joseph et les deux bergers repoussés à l’arrière-plan), les figures sont si proches qu’il nous semble probable qu’elles sont dues au même peintre. Le bœuf, que l’on voit à droite dans le tableau rouennais, se retrouve à gauche dans notre panneau, l’enfant Jésus, tout à fait semblable, est également posé sur un relief antique qui fait office de lit. Les deux Vierge sont absolument comparables ainsi que les visages des deux bergers dont on peut penser qu’ils ont été peints à partir des mêmes modèles. Le tableau de Renay est à notre avis encore plus beau que celui de Rouen et la composition mieux équilibrée.


JPEG - 51.1 ko
10. Pieter Aertsen (1508-1575)
L’Adoration des Bergers, vers 1560
Huile sur panneau - 86,8 x 63 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : MBA de Rouen
Voir l'image dans sa page
JPEG - 48.8 ko
11. D’après Pieter Aertsen (1508-1575) ou
d’après Joachim Beuckelaer (1534-1574/75)
L’Adoration des Bergers
Huile sur panneau - 114 x 153 cm
Vienne, Kunsthistorisches Museum
Photo : Kunsthistorisches Museum
Voir l'image dans sa page

Par ailleurs, un tableau de composition identique, qui paraît néanmoins de moins bonne qualité, se retrouve en photo sur internet sur des sites de reproductions d’œuvres d’art, sous le nom d’Aertsen (ill. 9). Nous ne parvenons pas, cependant, à trouver son lieu de conservation (certains disent qu’il se trouve au Kunsthistorisches Museum, mais on ne le retrouve pas dans leur base de données) ni de confirmation du nom de son auteur.[Mise à jour 2/4/17 : via Twitter, le doctorant en histoire de l’art médiéval Elliot Adam nous a indiqué que l’œuvre est effectivement conservée à Vienne, comme anonyme, et qu’elle se trouve bien sur leur base de données. La photo en haute définition semble confirmer qu’il s’agit d’une copie.]
L’attribution, Aersten ou Beuckelaer, demande donc encore à être confirmée et/ou précisée, sa restauration et sa publication pouvant y aider. Il est probable qu’il s’agit d’une commande ou d’un achat des châtelains de Rainay. Selon Hélène Lebédel, il pourrait s’agir de « Jeanne Aménard, qui commanda la très belle voûte lambrissée portant son nom et la date de 1545, ou sa belle famille), peut-être à l’occasion du mariage de Jean Guischart (fils de Jeanne Aménard) avec Marie de Bourbon-Lavedan le 10 juillet 1568 ». Les restes du château, dont une très belle tour Renaissance, sont hélas en piteux état malgré une inscription monument historique.

Si de nombreuses altérations menacent la pérennité de ce tableau, la couche picturale apparaît néanmoins en plutôt bon état et la restauration devrait lui redonner tout son éclat. Celle-ci, qui sera menée par Yves Crinel à Paris, et que nous suivront étape par étape sur le site, consistera notamment en :

- un traitement du support afin d’enlever les cinq traverses en contreplaqué qui ont été apposées au revers du panneau (ill. 10) et qui empêchent celui-ci de jouer naturellement ; un traitement insecticide et fongicide ; l’ajout d’un « châssis-cadre » consolidant et respectant la forme du panneau,
- un traitement de la couche picturale, avec notamment la suppression d’un vernis de restauration chancis et des repeints altérés, la réfection des mastics masquant les lacunes et leur réintégration illusionniste.
- la création d’un cadre permettant de l’accrocher de manière sécurisé au mur de l’église.


JPEG - 725.1 ko
12. Revers du tableau de Pieter Aertsen ou Joachim Beuckelaer
de l’église Saint-Gilles de Renay
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 782.8 ko
13. Pieter Aertsen (1508-1575) ou
Joachim Beuckelaer (1534-1574/75)
L’Adoration des Bergers, 156(?),
détail du Christ avec deux bras droits
Huile sur panneau - 83,5 x 113 cm
Renay, église Saint-Gilles
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Signalons une chose amusante : l’enfant Jésus a deux bras droit (ill. 11). Il s’agit peut-être d’un repentir qui est réapparu, ou d’un repeint de pudeur, l’une des mains tenant un voile cachant le sexe du Christ. Cette particularité devra être soigneusement étudiée pour comprendre la cause et intervenir avec un maximum de prudence.

Avec cette opération, La Tribune de l’Art poursuit son objectif militant : protéger le patrimoine. Nous espérons que vous aurez à cœur d’y contribuer avec nous. Pour verser votre contribution, il suffit de vous rendre sur ce site.


Didier Rykner, vendredi 31 mars 2017


Notes

12740 € très exactement avant déduction des 8% versés pour la gestion à l’association « J’aime l’info ».





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : L’état des églises parisiennes (5) : Saint-Séverin

Article suivant dans Patrimoine : À propos de la sécurité des tableaux dans les églises