Exposition de portraits dessinés de la Collection Destailleur à Carnavalet


16/3/06 – Exposition - Paris, Musée Carnavalet - Connu sous le Second Empire comme architecte de pastiches de toutes époques et travaillant notamment pour les Rothschild, Hippolyte Destailleur constitua plusieurs collections de dessins à caractère tant documentaire qu’artistique.

JPEG - 154.8 ko
1. Cornelis Visscher (1629-1662)
Autoportrait, 1656
Pierre noire
Paris, Musée Carnavalet
Photo : Musée Carnavalet
JPEG - 106.7 ko
2. François-André Vincent (1746-1816)
Portrait Charge de
Joseph-Benoit Suvée
, 1772
Contre-épreuve de crayon
Paris, Musée Carnavalet
Photo : Musée Carnavalet

L’exportation de la première collection Destailleur à Berlin avait fait beaucoup de bruit, aussi les institutions parisiennes furent-elles par la suite très actives lors des ventes successives. La Bibliothèque nationale acheta des dessins d’architecture et la Ville de Paris se porta acquéreur de plusieurs ensemble, des œuvres des Saint-Aubin, des vues de la capitale et un album de portraits, essentiellement d’artistes (entré en 1896).

A l’occasion de la Semaine du Dessin 2006, accompagnant le Salon du même nom, le Musée Carnavalet présente un accrochage d’une cinquantaine de feuilles tirées de cet album. Beaucoup sont inédites. On y trouve quelques précieux dessins hollandais : un Autoportrait de Cornelis Visscher (ill. 1), un Portrait d’homme attribué à Karel Dujardin (1626-1678), un Portrait du collectionneur Théodore van Duysel par Aert Schouman (1710-1792).

JPEG - 123.3 ko
3. Jacques Saly (1717-1776)
Portrait de l’ingénieur
Niccolo Zabaglia
, 1745
Sanguine
Paris, Musée Carnavalet
Photo : Musée Carnavalet
JPEG - 117 ko
4. Elisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842) Etude de femme assise
Pierre noire
Paris, Musée Carnavalet
Photo : Musée Carnavalet

JPEG - 122 ko
5. Antoine Castellan (1772-1838)
L’artiste à sa table de travail
Plume et lavis
Paris, Musée Carnavalet
Photo : Musée Carnavalet

On verra aussi un bel ensemble du XVIIIe siècle dont huit portraits charge de François-André Vincent datant de son séjour à l’Académie de France à Rome (ill. 2), de beaux dessins de Louis-Roland Trinquesse, de Jacques Saly (ill. 3), d’Elisabeth Vigée-Lebrun (ill. 4). On note un goût pour des allégories savoureuses de la vie artistique : Louis Lafitte (1770-1828) avec L’Amitié chasse les huissiers qui viennent troubler le peintre dans son atelier ou un dessin anonyme représentant Le peintre Topino-Lebrun accompagné de symboles ésotériques comme les aimait cet élève de David. Des figures de dessinateurs (Antoine Castellan, ill. 5), souvent des femmes (sanguine d’un anonyme du XVIIIe siècle, entre Portail et Saint-Aubin) et plusieurs feuilles romantiques (Chassériau, Alexandre Colin) complètent ce fonds fort séduisant qui ne bénéficie malheureusement pas d’un catalogue.

Portraits d’artistes de la collection d’Hippolyte Destailleur. Exposition-dossier du 16 mars au 18 juin 2006. Paris, Musée Carnavalet.

Lien vers le site du musée Carnavalet


Didier Rykner, jeudi 16 mars 2006





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux paysages du XIXe siècle pour des musées français. Camille Corot et Georges Michel

Article suivant dans Brèves : L’art étrange de Charles-Frédéric Soehnée, à travers une exposition et un livre