Entre Lumières et Romantisme. Dessins du musée des Beaux-Arts d’Orléans Contenu abonnés


Orléans, musée des Beaux-Arts. Du 7 novembre 200 au 4 février 2007 (l’exposition a été prolongée), puis Vevey, musée Jenisch, du 16 mars au 17 juin 2007.

JPEG - 55.2 ko
1. Anne-Louis Girodet (1767-1825)
Autoportrait, 1824
Contre-épreuve retouchée au
crayon noir et à l’estompe - 25,7 x 20 cm
Orléans, Musée des Beaux-Arts
© Orléans, Musée des Beaux-Arts /
cliché François Lauginie
Voir l'image dans sa page

Le citoyen parcourant l’exposition sur les portraits au Grand Palais a quelque peine à se rendre compte de l’importance des bouleversements de l’histoire de cette période, qui vit des têtes tomber et des dynasties s’élever, devant la stabilité lisse du genre.
L’exposition d’Orléans, par une sélection bien faite d’une centaine de dessins (101, exactement), donne à voir la richesse et la complexité d’une époque qu’il faut bien appeler un siècle, 1770-1830, marqué, n’en déplaise à certains, par la Révolution, toujours renaissante, toujours dévoyée. Un siècle où, de l’amitié pure qui unissait Robespierre à Saint-Just aux Mémoires d’Outre-tombe, « l’on marche à la mort par un chemin de fleurs » (Stendhal, cité p. 73). Un siècle, dont le medium privilégié est le trait noir du dessin, fixant sur le papier, sur la pierre par la lithographie, la rapidité des événements et la nouveauté des sentiments ; de la scène de vie du peu connu Laurent Blanchard (cat. 64) à la composition allégorique anonyme ou au témoignage d’Hubert Robert dans la geôle de Sainte-Pélagie (cat. 52), du portrait où l’artiste, au soir de sa vie, s’interroge (Autoportrait de Girodet, ill. 1 ; cat. 69) au profil monument de Régnault par son élève Guérin (cat. 70), de la noblesse du cavalier, défiant les siècles (David, Potocki ?, cat. 57 ; Regnault, Etudes pour Bonaparte, cat. 53) à la colère de Junon (Girodet, cat. 34) ou à la force simple et grave de l’apprêt d’un sacrifice de taureau pour une boucherie romaine (Géricault, cat. 78).

JPEG - 130.6 ko
2. Pierre Lacour (1745-1814)
Ruines de l’aqueduc de l’Acqua Giulia
Fusain - 42 x 54 cm
Orléans, Musée des Beaux-Arts
© Orléans, Musée des Beaux-Arts /
cliché François Lauginie
Voir l'image dans sa page

JPEG - 33.9 ko
3. Ignace-Antoine Melling…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Charles Gleyre. Le génie de l’invention

Article suivant dans Expositions : Visions du déluge de la Renaissance au XIXe siècle