Deux figures de Delft pour La Haye


JPEG - 73.9 ko
Paire de bouquetières
Guillaume d’Orange et Marie II Stuart
Delft, 1686-1690
Faïence - H. 40,5 et 42 cm
La Haye, The Gementemuseum
Photo : Aronson

13/3/15 - Acquisition - La Haye, The Gementemuseum - Alors que la foire de Maastricht commence à peine, certaines œuvres que les marchands annonçaient sur leur stand sont déjà vendues. Un couple royal ne fera pas le déplacement : Guillaume d’Orange et Marie II Stuart, en faïence de Delft, devaient trôner à la galerie Aronson (venue d’Amsterdam), mais ont été acquis récemment par le Gementemusuem de la Haye. La paire avait été séparée pendant des décennies et seule la reine figurait sur le stand d’Aronson lors de la Tefaf de 2014. Le hasard et l’œil faisant bien les choses, le marchand a retrouvé, depuis, l’époux disparu, dans une maison de vente française.
L’homme et la femme ont sans doute été conçus pour aller ensemble : de taille identique ou presque, chacun d’eux est vêtu d’une robe fleurie et doté de chaussons rayés, chacun d’eux, également, porte un panier similaire. Car ces figures sont des bouquetières, et il est d’ailleurs assez rare qu’un personnage masculin en faïence de Delft tienne des fleurs. La marque AK est visible sur celui-ci, signature d’Adriaen Kocks qui dirigea l’atelier réputé de l’« A Grec », à Delft, entre 1686 et 1701.

Élu stathouder en 1672, après l’invasion des Provinces-Unies par les Français, Guillaume III d’Orange épousa la princesse Marie d’Angleterre en 1677. Lors de la « Glorieuse Révolution » en 1688, il s’opposa à la politique catholique de son beau-père, Jacques II, qu’il renversa, si bien qu’en 1689, lui et Marie II Stuart furent proclamés conjointement roi et reine d’Angleterre.

S’agit-il vraiment du couple royal ici représenté ? On ne peut pas dire que la faïence permette de reproduire des traits particulièrement ressemblants... Cependant, Guillaume d’Orange et surtout Marie d’Angleterre furent des commanditaires importants pour la faïence de Delft et constituèrent une collection conséquente. Ils ont en outre été représentés plusieurs fois comme en témoignent des bustes conservés au Rikjsmuseum.

Le Gemeentemuseum est réputé pour sa collection - de Mondrian bien sûr -, mais aussi de Bleu de Delft illustrant quatre siècles de savoir-faire, des simples assiettes aux pièces de formes extraordinaires.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, jeudi 12 mars 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau et un dessin de Claudius Lavergne acquis par le Musée des Beaux-Arts de Lyon

Article suivant dans Brèves : Des dessins de Le Brun réapparaissent au dos de cartons restaurés