Deux expositions de dessins italiens au Musée des Beaux-Arts de Rennes Contenu abonnés


L’Œil et la Passion 2. Dessins baroques italiens dans les collections privées françaises.
Disegno 2. Retour sur le catalogue des dessins italiens du musée des Beaux-Arts de Rennes.
Rennes, Musée des Beaux-Arts, du 26 juin au 13 septembre 2015.

JPEG - 354.9 ko
1. Giovanni Francesco Barbieri, dit le Guerchin (1591-1666)
Saint Guillaume d’Aquitaine recevant l’habit monastique
Pierre noire, plume et encre brune,
lavis brun - 31,8 x 26,4 cm
France, collection particulière
Photo : Jean-Manuel Salingue/MBA de Rennes

Depuis l’arrivée à sa tête d’Anne Dary et le recrutement de Guillaume Kazerouni pour conserver l’art ancien et XIXe, le Musée des Beaux-Arts de Rennes fait preuve d’une activité aussi remarquable qu’inlassable. Outre des expositions d’art contemporain (qui sortent de notre champ), ce sont pas moins de deux expositions de dessins italiens qui sont présentées cet été, accompagnées chacune d’un catalogue scientifique.

La première constitue la seconde partie de celle que Patrick Ramade, Catherine Monbeig-Goguel et Nicolas Schwed avaient organisés en 2011 au Musée des Beaux-Arts de Caen (voir l’article). Il s’agissait alors de montrer les plus beaux dessins du XVIe siècle italien conservés dans des collections particulières françaises (essentiellement parisiennes), il s’agit aujourd’hui de présenter ceux des XVIIe et XVIIIe siècles. Pour des raisons qui nous échappent, cette manifestation, qui devait avoir lieu à nouveau à Caen, a été annulée par la municipalité après le départ à la retraite de Patrick Ramade. Rennes n’a pas laissé échapper l’occasion de récupérer l’événement. On ne saurait trop l’en féliciter, tant cette réunion de feuilles, pour beaucoup inédites ou peu vues, est un enchantement pour les amateurs.

Si certains grands artistes ne sont pas représentés, soit qu’aucun dessin ne soit conservé dans des collections particulières, soit plutôt que ceux-ci n’aient pas été considérés d’un niveau suffisant pour faire partie de la sélection, soit encore que le collectionneur n’ait finalement pas accepté de contribuer à cette rétrospective1, on se contentera de signaler les plus belles feuilles.
Deux remarques liminaires cependant. Il est étonnant que, malgré l’hémorragie d’œuvres d’art que connaît notre pays, qui va souvent de paire désormais avec l’exil - fiscal - d’un grand nombre de collectionneurs fortunés, on en trouve encore tant d’importantes que leur propriétaires, qui plus est, acceptent de prêter. On constate aussi que beaucoup de ces dessins sont entrés récemment en France, provenant souvent de ventes aux enchères ou de marchands étrangers. Ceci compense un peu cela...


JPEG - 147.8 ko
2. Giovanni Benedetto Castiglione (1609-1664)
Christ en croix entre saint Jean et Marie Madeleine
Sanguine, peinture à l’huile rouge et bleu - 51 x 36 cm
France, collection particulière
Photo : Jean-Manuel Salingue/MBA de Rennes
JPEG - 364.8 ko
3. Antonio Tatoti, dit il Gherardi (1638-1702)
Sainte Roseline et un évêque intercédant
auprès de la Sainte Famille pour un pestiféré

Pierre noire, plume et encre brune,
lavis brun - 20,4 x 15 cm
France, collection particulière
Photo : Jean-Manuel Salingue/MBA de Rennes

Nous classerons les feuilles que nous souhaitons distinguer en plusieurs catégories. La première réunit des…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : D’or et d’ivoire. Paris, Pise, Florence, Sienne 1250-1320

Article suivant dans Expositions : L’âge d’or de la peinture à Naples : de Ribera à Giordano