D’or et d’ivoire. Paris, Pise, Florence, Sienne 1250-1320 Contenu abonnés


Lens, Louvre-Lens, du 27 mai au 28 septembre 2015

Et le gothique « rayonnant » irradia la Toscane. Quelque 125 œuvres, dont beaucoup de sculptures, se déploient au Louvre-Lens, dans une confrontation qui tente de montrer l’influence du gothique parisien sur la production artistique à Pise, à Florence et à Sienne entre 1250 et 1320. On ne parle d’ailleurs plus d’« influence » mais de « transfert », il faut avouer que la nuance nous échappe.


JPEG - 46.9 ko
1. Vue de l’exposition
Vierge et saint Jean, Christ de Déposition
Prato, vers 1250
Paris, Musée de Cluny
et Prato, Duomo
Photo : bbsg
JPEG - 100.8 ko
2. Vue de l’exposition
Attribuée à Giovanni Pisano (vers 1248-avant 1319)
Vierge à l’Enfant
Pise vers 1315
Marbre - 100 x 45 x 30 cm
Pise, Museo Nazionale di San Matteo
Photo : bbsg

Ce projet est parti d’une constatation, faite notamment par l’historien de l’art Max Seidel : certaines œuvres en Toscane ont des caractéristiques propres au gothique rayonnant, bien évidemment mêlées à d’autres influence et adaptées au goût local. L’exposition illustre ce constat sans toutefois l’expliquer, les sources étant trop rares pour que l’on puisse proposer autre chose que des hypothèses. Le point de comparaison principal est le traitement des drapés. Le parcours s’ouvre sur un moulage de la Vierge à l’Enfant du bras nord du transept de Notre-Dame de Paris, afin de montrer l’apparition, autour de 1250, de statues plus autonomes, plus expressives, le corps marqué par un hanchement et des drapés animés de plis fluides. Le contraste est grand avec la Déposition de la cathédrale de Prato exposée dans la salle suivante, qui donne une idée du contexte artistique en Toscane à la même époque, encore marqué par les arts roman et byzantin, avec des silhouettes longilignes hiératiques, aux drapés collants (ill. 1). Les trois figures conservées dans des lieux différents sont exceptionnellement réunies pour l’occasion.

Deux artistes marquèrent une rupture dans la sculpture toscane du milieu du XIIIe siècle : Nicola Pisano et son fils Giovanni, suivis de plusieurs…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Autoportraits. Chefs-d’œuvre de la collection du musée d’Orsay

Article suivant dans Expositions : Deux expositions de dessins italiens au Musée des Beaux-Arts de Rennes