Dessins français du Musée des Beaux-Arts d’Alger Contenu abonnés


Paris, Musée du Louvre. Exposition terminée le 19 janvier 2004.

JPEG - 51.7 ko

En présentant des dessins que bien peu pourront aller voir à Alger en ces temps troublés, en permettant leur restauration, rendue d’autant plus nécessaire que le climat algérois n’est pas propice à la conservation du papier, cette exposition trouve sa pleine justification.
Il est regrettable cependant que les œuvres montrées - s’agit-il d’un choix malheureux, ou est-il réellement représentatif des collections ? - soient de qualité si moyenne. Les Chassériau et les Delacroix sont anecdotiques. Les Deux danseuses au repos (cat. 28) de Degas sont franchement laides. Même les artistes moins importants (Dehodencq, Bida,...) ne sont pas représentés par une de leurs plus belles feuilles. Les Thomas Couture sont jolis, mais secondaires.
Retenons néanmoins - encore s’agit-il de dessins mineurs -…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Thomas Couture (1815-1879). Portraits d’une époque

Article suivant dans Expositions : Berlioz. La voie du romantisme