Une Descente de croix de Louis-Ferdinand Antoni acquise par le Musée de Bastia


JPEG - 154.1 ko
Louis-Ferdinand Antoni (1872-1940)
Descente de croix, vers 1892
Huile sur toile - 120 x 90 cm
Bastia, Musée
Photo : Galerie Johann Naldi

17/9/14 - Acquisition - Bastia, Musée - Né à Bastia, Louis-Ferdinand Antoni arriva tôt avec ses parents en Algérie où il fut élevé, avant d’entrer à l’École des Beaux-Arts d’Alger, puis à celle de Paris dans l’atelier de Léon Bonnat, à partir de 1892. C’est de cette période que date la Descente de croix (ill. 1) acquise par le Musée de Bastia auprès de la galerie parisienne Johann Naldi.

On y voit la double empreinte de son maître Bonnat et d’Eugène Delacroix. Le premier dans le côté sombre de la composition, avec des gammes de couleurs très sourdes qui se reconnaît également dans certaines compositions religieuses de Delacroix. De ce dernier, on retrouve aussi le style en manière d’esquisse bien qu’il s’agisse ici d’un tableau d’assez grande taille (120 x 90 cm).

Par la suite, Antoni s’orienta vers une peinture orientaliste d’assez belle qualité, paysages et scènes de genre, traduisant le soleil d’Algérie dans des coloris beaucoup plus clairs que ceux de l’œuvre acquise par Bastia, mais en conservant jusque tard dans le XXe siècle l’influence de Delacroix et de Fromentin. Le Musée Fesch conserve de lui une Vue de Bonifacio sous l’orage.


Didier Rykner, mercredi 17 septembre 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Lancement d’une souscription pour la restauration de la maquette du Mont Saint-Michel

Article suivant dans Brèves : Autour de la Biennale : les expositions des galeries parisiennes