De l’Italie à Chambord. François Ier et la chevauchée des princes français Contenu abonnés


Château de Chambord. Exposition terminée le 7 octobre 2004.

Quelle est la justification de cette exposition ? On y voit, c’est vrai, quelques beaux tableaux du XIXe siècle (Alexandre-Evariste Fragonard, François-Edouard Picot, Alexandre Menjaud - ill. 1...), des tapisseries splendides (Chasses de Maximilien ; ill. 2) restaurées à cette occasion grâce à la Fondation de la Chasse ou le Codex de Léonard, si on a le courage de subir la file d’attente (par souci de sécurité, le nombre de personnes admises dans la salle est limité). La scénographie, assez lourde (pourquoi ces grands pans de décor, qui cachent les murs, pour n’exposer parfois qu’un seul tableau ?), aux couleurs criardes, n’est pas déshonorante, elle est juste un peu ratée. L’accumulation de copies (du XVIe au XIXe siècles) d’œuvres des collections de François Ier est amusante et…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Dessins français du XIXe siècle du Palais des Beaux-Arts de Lille

Article suivant dans Expositions : L’Art à la cour de Bourgogne. Le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364- 1419)