Le roi et l’artiste. François Ier et Rosso Fiorentino Contenu abonnés


Château de Fontainebleau, du 23 mars au 24 juin 2013.

JPEG - 132.8 ko
1. Rosso Fiorentino (1494-1540)
d’après Michel-Ange
Léda et le cygne, après 1532
Pierre noire - 170,7 x 248,8 cm
Londres, Royal Academy of Arts
Photo : Royal Academy of Arts

Avant de nous attarder sur l’exposition du château de Fontainebleau et les œuvres qu’elle présente, on commencera cette recension en soulignant la qualité de son catalogue. A l’heure où tant de musées publient des ouvrages au mieux semblables à des actes de colloque, au pire évoquant davantage des albums d’images presque sans aucun contenu scientifique, il faut une fois de plus rappeler que les catalogues d’exposition ont un rôle précis : approfondir le sujet de l’exposition, et expliquer ce que sont les objets présentés et pourquoi ils ont été choisis, eux et pas d’autres, pour traiter ce sujet. Pour cela, nous n’avons encore rien vu de mieux que des essais, accompagnés de notices complètes, essentielles pour les objets peu connus ou inédits, nécessaires même pour les œuvres célèbres ne serait-ce que pour indiquer la raison de leur présence dans le traitement du thème. De ce point de vue, le catalogue est réellement exemplaire.

L’exposition elle-même est intelligemment construite et présente des objets majeurs. Deux d’entre eux sont particulièrement prestigieux, justifiant à eux seuls une visite à Fontainebleau. Le premier est la copie par Rosso (ill. 1) de la Léda de Michel-Ange1. Ce grand dessin, probablement exécuté d’après le carton original, est l’un des meilleurs reflets de ce tableau emporté en France pour être vendu à François Ier et aujourd’hui perdu. Le second est une tapisserie (ill. 2) faisant partie d’une série de six conservée au Kunsthistorisches Museum de Vienne, tissée dans les ateliers de Fontainebleau peu de temps après la mort de Rosso. Il est difficile d’imaginer tenture plus belle, avec ses fils de soie et d’argent, dans un état de conservation exceptionnel. Elle représente un des compartiments du mur sud de la galerie François Ier avec son décor peint et sculpté…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Une renaissance : l’art entre Flandre et Champagne, 1150-1250

Article suivant dans Expositions : Fragile Murano. Chefs-d’œuvre de verre de la Renaissance au XXIe siècle