Daniel Percheron veut réduire à zéro le budget du FRAM du Nord-Pas-de-Calais


JPEG - 78 ko
1. Flandres, 1620 (?)
Vierge à l’enfant
Marbre - 110 x 60 x 41 cm
Saint-Amand-Les-Eaux, Musée Municipal
Acquis avec la participation du FRAM, 1983
Photo : Musenor

Le budget accordé par la Région Nord-Pas-de-Calais au Fonds régional d’acquisition des musées passera en 2013 (par rapport à 2012) de 256 000 € à… 0 € ! Le ministère de la Culture ayant déjà diminué son abondement de 256 000 à 118 000 € (soit une baisse de 54%), le budget global accordé aux différents musées de la région sera donc, cette année, de 118 000 euros au lieu de 512 000 €, ce qui représente donc entre 2012 et 2013 une chute de 77,3%.

Rappelons que Daniel Percheron, s’enorgueillit de présider la « région des musées ». Nous avons tenté de joindre un responsable et l’on nous a orienté vers Catherine Génisson, vice-présidente en charge de la Culture. Trop occupée, celle-ci n’a pu nous répondre. Mais nous avons pu parler à un de ses collaborateurs qui, bien entendu, a nié qu’une telle décision ait été prise. Nous laissons les lecteurs de La Tribune de l’Art décider entre sa parole et nos informations, dont chacun sait qu’elles font l’objet d’une enquête et de recoupements soigneux. Si la suppression des crédits du FRAM n’a pas été encore annoncée de manière officielle aux musées, elle est actée au plus haut niveau. Seule peut-être une large médiatisation pourrait parvenir à la contrer, au moins partiellement.
On ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec l’ouverture en décembre du Louvre-Lens. Bien sûr, on nous rétorquera (le collaborateur de Catherine Génisson l’a d’ailleurs fait) que les budgets ne sont pas les mêmes et que celui de la Région consacré à la Culture n’a pas baissé pour 2013. Cela rend la décision encore plus scandaleuse. La comparaison entre les 15 millions annuels dépensés pour le Louvre-Lens et la suppression de 256 000 € qui aidaient tous les musées, y compris les plus petits, à acquérir des œuvres importantes, est particulièrement choquante.

JPEG - 18.6 ko
2. Pieter Fransz de Grebber (vers 1600-1652/1653)
Une bergère, 1634
Huile sur panneau - 89 x 67 cm
Achat avec la participation du FRAM, 1988
Hazebrouck, Musée Municipal
Photo : Musenor

Coïncidence – et paradoxe – ultime : une exposition virtuelle est présentée actuellement sur Musenor, le très bon site de l’Association des conservateurs des Musées du Nord-Pas-de-Calais, pour célébrer les 30 ans du FRAC, créé en 19821. Pendant cette période, ce sont plus de 1000 œuvres qui ont pu être achetées, dont 600 sont présentées en 20 parcours différents. Tous les musées en ont bénéficié. Qu’on nous dise comment le Musée Municipal de Saint-Amand-les-Eaux aurait pu acquérir, en 1983, une belle Vierge à l’enfant en marbre de l’entourage de François Duquesnoy sans l’aide du FRAM (ill. 1) ? Quelle aurait été la politique d’acquisition de petits musées tel que celui-ci (ou encore Hazebrouck - ill. 2 - ou Gravelines…) si le FRAM n’avait pas existé ? Que serait La Piscine de Roubaix, l’un des musées les plus actifs dans les acquisitions si le FRAM n’avait pas existé ? L’exposition virtuelle est à cet égard particulièrement éloquente. Très récemment Douai (ill. 3), Cambrai, Lille et bien d’autres musées ont pu acquérir des œuvres, parfois très importantes, grâce au FRAM. En réalité, il y a peu d’acquisitions majeures qui ne sont en partie financées pas ce fonds. Tout cela au bénéfice des collections permanentes. Mais Daniel Percheron n’aime pas les collections permanentes ; il aime les événements, le temporaire, le m’as-tu-vu… Peu lui importe que les musées de sa région achètent de belles œuvres d’art. Ce qu’il veut, c’est pouvoir déplacer la Joconde au Louvre-Lens. Un vrai programme culturel.

JPEG - 76.1 ko
3. Attribué à Jean Ducamps (vers 1600-après 1638)
Saint Jérôme
Huile sur toile - 131 x 96 cm
Acquis avec la participation du FRAM, 2012
Cambrai, Musée des Beaux-Arts
Photo : Whitfield Fine Art

Depuis de nombreuses années, certaines régions avaient déjà renoncé à participer au FRAM (c’est le cas, par exemple, de la Picardie). Il y a lieu de craindre que l’exemple désastreux du Nord-Pas-de-Calais ne soit suivi par d’autres.
On voit ici une des conséquences du désengagement de l’Etat que nous avions déjà dénoncé. Lorsque l’Etat ne paie plus, les collectivités locales se retirent à leur tour du financement. Comment, demain, des maires voudront-ils continuer à aider leurs musées à s’enrichir alors que leurs partenaires nationaux et régionaux ne font plus un geste ? Comment les mécènes privés voudront-ils continuer à aider des musées dont la tutelle fait si peu de cas ? Désengagement de l’Etat, désengagement de la Région, à cette double peine vient s’ajouter le caractère rétroactif de la mesure prise par Daniel Percheron, le président de la « Région des musées ». Car depuis le début de l’année, de nombreux musées comptant sur un budget global reconduit, se sont déjà engagés sur des acquisitions et l’on se demande comment ils pourront les payer. Le président de la Région Nord-Pas-de-Calais est un orateur hors pair. Il est dommage qu’il ne brasse que du vent2


Didier Rykner, jeudi 13 juin 2013


Notes

1Remarquons que cet outil remarquable a été créé par Jack Lang, sous un gouvernement de gauche. Il est intéressant de voir que celui-ci a été pérennisé par tous les gouvernements successifs, y compris ceux de droite, et que c’est celui de François Hollande qui est en train de détruire toute la politique culturelle de François Mitterrand dont il se veut l’héritier.

2Nous ne sommes pas le seul à le penser : le discours de Daniel Percheron sur « la région des musées » auquel nous renvoyons a été inclus dans un site expliquant comment prendre la parole en public. En cliquant sur le lien se trouvant au-dessus de la vidéo, on apprend qu’elle illustre une méthode pour apprendre notamment : « à parler de n’importe quel sujet à n’importe quel moment, comme si vous étiez un spécialiste » et « la solution imparable pour vous en sortir si vous n’avez rien à dire ». Bien observé.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Tableaux italiens en quête d’auteur au Musée des Beaux-Arts de Quimper

Article suivant dans Musées : Les photos des œuvres du Musée Granet