Cima da Conegliano. Maître de la Renaissance vénitienne Contenu abonnés


Paris, Musée du Luxembourg, du 5 avril au 15 juillet 2012.

JPEG - 120.9 ko
1. Cima da Conegliano (1459/60-1517/18)
Vierge à l’enfant, vers 1490-1493
Tempera et huile sur panneau - 66 x 57 cm
Florence, Galleria degli Uffizi
Photo : Archives Alinari, Florence
Voir l'image dans sa page

Lorenzo Lotto, Le siècle de Titien, Splendeur de Venise, ou encore Titien, Tintoret, Véronèse... De toutes les écoles italiennes, la vénitienne a toujours été celle que les musées français ont privilégié ces années passées pour leurs grandes rétrospectives. Au Luxembourg même, les portraits de Véronèse avaient fait l’objet d’une exposition, plutôt ratée hélas puisqu’on en ressortait en ayant l’impression qu’il était un moins grand peintre que Giovanni Battista Moroni...

Depuis, l’opérateur en charge du musée du Sénat a changé, la Réunion des Musées Nationaux ayant pris possession des lieux. Et si, malheureusement, l’éclairagiste semble rester le même puisque l’exposition, comme c’était souvent le cas auparavant, est plongée dans la pénombre, les œuvres étant au contraire soumises à une lumière directe trop violente, l’ensemble est néanmoins beaucoup plus réussi. Une scénographie sobre mais mettant remarquablement les œuvres en valeur, un choix de tableaux réduit mais pertinent, couvrant toute la carrière du peintre, un très bon catalogue font un bel hommage à l’un des meilleurs artistes du tournant du XVIe siècle à Venise. On se demande juste quelle mouche a piqué la RMN d’avoir commandé (et payé ?) une publicité d’un mauvais goût extrême pour cette exposition, visible notamment sur Dailymotion, et que nous ne commenterons pas davantage, si ce n’est pour dire qu’elle aurait pu - à la limite - être drôle si elle était l’œuvre de parodiste, mais qu’elle est consternante venant de la RMN.
Oublions donc cette pantalonnade (au sens propre comme figuré) pour parler d’une exposition où l’on peut vraiment s’intéresser à l’artiste. Car contrairement, par exemple, à celle consacrée à Artemisia Gentileschi où, pour prendre un exemple proche de Cima da Conegliano,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Théâtres romantiques à Paris. Collections du musée Carnavalet

Article suivant dans Expositions : Maurice Denis, l’Eternel Printemps