Après les affaires Poussin, voici l’affaire Friedrich Contenu abonnés


JPEG - 31.1 ko
Caspar David Friedrich (1774-1840)
Chouette sur un arbre
Huile sur toile - 25,5 x 31,5 cm
Paris, Galerie Talabardon et Gautier
Photo : D. R.

Alors qu’il voyageait en Allemagne en 1834, David d’Angers rendit visite à Caspar David Friedrich dans son atelier de Dresde. Il explique dans ses carnets de voyage1 :

« Le soir, j’ai été voir le peintre Fréderick (sic), c’est lui qui nous a ouvert la porte [...]. Il nous a introduit dans son atelier : un poêle, une petite table, un chevalet sur lequel il n’y avait rien, les murs peints en couleur verdâtre, rien d’accroché dessus - enfin, après l’en avoir bien prié, il nous a apporté plusieurs de ses ouvrages : un délicieux tableau représentant un arbre sans feuilles, une chouette sur une branche, et la lune qui joue derrière les branches, pas de terrain ; cela est d’un effet qui fait rêver. »

David d’Angers acheta ou se fit offrir par Friedrich le tableau qui l’avait tant séduit, puisque dans l’inventaire après décès du sculpteur on peut lire2 :

« (494) Un petit tableau (Une chouette sur un arbre dépouillé par Friedrich) »

Selon Jouin, l’œuvre se trouvait toujours en 1878 chez les descendants de David3. Puis, on perd sa trace jusqu’à nos jours.

Le 10 février 2010, la Société de Vente Volontaire Azur Enchères Cannes, sous le marteau de Me Pichon, organisait une vente courante où se retrouvait divers objets sans grand intérêt, dont une partie était issue de successions. La vacation n’était annoncée que sur le site Internet Interenchères qui présente les objets vendus aux enchères dans les études de province.

Un lot attira l’attention de quelques-uns. Il s’agissait d’un tableau entouré d’un beau cadre doré de la première moitié du XIXe siècle, représentant un arbre sans feuilles sur lequel est perché une chouette (ill.). Le style pouvait faire penser à Caspar David Friedrich et la bibliographie sur cet artiste, qui reprend le texte des carnets de David d’Angers, permettait d’y voir l’historique prestigieux de l’œuvre…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : Hôtel de la Marine : révélations sur un rapport confidentiel

Article suivant dans Patrimoine : La BHVP veut se débarrasser d’un fonds photographique