Hôtel de la Marine : révélations sur un rapport confidentiel Contenu abonnés


JPEG - 78.7 ko
Hôtel de la Marine
Salle à manger
Photo : Didier Rykner

Le 8 mars prochain, à 14 h 30, se réunira la Commission nationale des monuments historiques, section Travaux, qui devra se prononcer sur un rapport établi par Etienne Poncelet, architecte en chef des monuments historiques, pour le ministère de la Défense, portant le titre « Hôtel de la Marine. Etude sur la valeur patrimoniale » et la date du 26 décembre 2009.

Connaissant l’existence de cette étude, nous avons demandé sa consultation au ministère de la Défense. Celui-ci nous a envoyé une fin de non recevoir, prétextant que s’agissant d’un document préparatoire à une décision administrative, celui-ci ne rentrait pas dans le cadre de la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 sur la communication des documents administratifs. Quelle que soit la pertinence de cette interprétation, il est tout de même étrange qu’elle semble s’appliquer également aux membres de la Commission nationale des Monuments Historiques. En effet, ceux-ci n’ont toujours pas reçu le rapport et ne devraient l’avoir qu’au début de la séance du 8 mars. C’est, paraît-il, une procédure courante. On ne s’étonne donc pas que certaines des décisions de cette instance soient discutables si ses membres n’ont pas la possibilité d’étudier les projets de manière approfondie avant de les voter.

Il paraît que le ministre de la Défense, Hervé Morin, est très ennuyé par ce rapport qui n’irait pas dans le sens des projets du gouvernement, à savoir la cession du bâtiment à une entreprise privée, le candidat le plus actif et le seul connu à l’heure actuelle étant Alexandre Allard conseillé par l’ancien ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres.
Que contient-il donc de si gênant ? Malgré le véto ministériel, nous nous en sommes procuré les meilleures feuilles, à savoir toute la partie traitant du « cadre de faisabilité pour les nouveaux usages du monument ». L’ennuyeux pour le ministre et pour les projets d’Alexandre Allard, c’est qu’Etienne Poncelet a mené…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : Le golf, le maire et le Désert de Retz

Article suivant dans Patrimoine : Après les affaires Poussin, voici l’affaire Friedrich