Aix-en-Provence achète un tableau de Pierre Revoil


JPEG - 183.7 ko
Pierre Revoil (1776-1842)
La Donation de la Provence à la France, 1840
Huile sur toile - 115 x 147 cm
Aix-en-Provence, Musée Granet
Photo : Galerie Talabardon & Gautier

3/11/14 - Acquisition - Aix-en-Provence, Musée Granet - Dire du bien du Musée Granet d’Aix-en-Provence ! Avouons que nous en sommes les premiers surpris. Mais c’est avec plaisir que nous le faisons puisque celui-ci vient de faire plusieurs acquisitions sur lesquelles nous reviendrons, dont un tableau de Pierre Revoil, magnifique, acquis auprès de la galerie Talabardon & Gautier. Cela faisait longtemps que nous espérions voir un musée français s’y intéresser, c’est désormais chose faite.

La toile, exposée au Salon de 1840, représente La Donation de la Provence à la France. L’artiste, qui devait mourir deux ans plus tard, livre ici l’une de ses dernières œuvres en restant fidèle au style Troubadour dont il fut l’un des initiateurs aux côtés de son ami et rival Fleury Richard. Son style n’a guère évolué depuis le début des années 1810. On retrouve dans cette toile les mêmes qualités qui caractérisent, par exemple, Le Tournoi du Musée des Beaux-Arts de Lyon qui date de 1812 : vivacité des coloris, faire porcelainé, goût pour les détails des costumes et des armes...
Auguste de Forbin, directeur du Louvre, qui fut aussi un bon peintre troubadour, avait demandé un tableau à son ami Revoil. Celui-ci décida de traiter un épisode de la vie de l’ancêtre du commanditaire, Palamède de Forbin. Le sujet est décrit précisément dans le livret du Salon : « Palamède de Forbin qui, par son influence était parvenu à déterminer Charles d’Anjou à choisir le roi de France pour son héritier, vient, après la mort de ce prince en 1481, présenter à Louis XI, dans son château de Plessis-lès-Tours, l’acte de donation de la Provence à la France. Le roi lit le testament de Charles, et reçoit les insignes de ce comté. Ils lui sont offerts par trois pages à genoux, en présence de Philippe de Comines, de Tristan, du Dauphin et de son gouverneur. Trois écuyers à la suite de Palamède portent ses armes d’honneur, et l’un d’eux amène au roi un lévrier de la plaine de Craux. Des soldats écossais gardent l’entrée de la salle du trône. »

Une autre toile de Revoil, François Ier armant chevalier son petit fils François II, était déjà conservée au musée Granet. Celui-ci avait plusieurs titres pour acquérir un tel tableau : son sujet est lié à l’histoire d’Aix-en-Provence ; François-Marius Granet faisait partie du même cercle que Revoil et Forbin ; Revoil y séjourna longuement deux fois (et s’y maria) ; Forbin était lui-même originaire de la région...


Didier Rykner, lundi 3 novembre 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux bustes d’enfants par Claude-François Attiret acquis par le Louvre

Article suivant dans Brèves : La Mairie de Paris veut « réinventer Paris »