1869 : Watteau, Chardin... entrent au Louvre. La Collection La Caze Contenu abonnés


Paris, Musée du Louvre, du 26 avril au 9 juillet 2007.
Puis Pau, Musée des Beaux-Arts, du 20 septembre au 10 décembre 2007 et _ Londres, Wallace Collection, du 14 février au 18 mai 2008.

JPEG - 26.7 ko
1. Louis La Caze (1798-1869)
Autoportrait, vers 1843
Huile sur toile - 61 x 50 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN / Franck Raux
Voir l'image dans sa page

Quel personnage ! A la fois médecin, philanthrope, peintre amateur (ill. 1), collectionneur et l’un des plus grands donateurs du Louvre, le docteur La Caze méritait largement cet hommage du musée qu’il a tant contribué à enrichir. L’exposition est située dans la chapelle, espace petit mais remarquablement agencé pour l’occasion, à la manière de ces salles d’exposition du XIXe siècle si propices à la présentation des œuvres, avec le beau rouge pompéïen des murs et l’accrochage resserré permettant toutes les confrontations. La mode, aujourd’hui est aux murs blancs et aux tableaux isolés sur les murs, quitte à reléguer en réserve les œuvres considérées comme secondaires, une conception bien ennuyeuse du musée.
Né en 1798, Louis La Caze est exactement contemporain d’Eugène Delacroix et de la génération romantique. S’il n’acheta pratiquement pas de peintures modernes - l’exception la plus notable étant la mystérieuse Vieille italienne récemment attribuée à Géricault, un nom convaincant mais qui fait encore débat (voir les articles sur le site) - il fut très impliqué dans la vie artistique de son époque, participant notamment au jury du Salon et fréquentant assidûment les critiques d’art et les collectionneurs. Ami de Philippe Burty, il connaissait également Thoré-Bürger qui influença probablement son goût pour les nordiques et les peintres de la réalité.


JPEG - 35 ko
2. José de Ribera (1591-1652)
Le Pied-bot
Huile sur toile - 164 x 92 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : RMN / Gérard Blot
Voir l'image dans sa page

Contrairement au Cousin Pons auquel on voulut trop souvent le comparer, La Caze ne se calfeutrait pas chez lui en gardant égoïstement le fruit de ses trouvailles. Il ouvrait largement sa maison et aimait montrer ses tableaux aux amateurs, aux historiens et aux peintres dont certains, parmi lesquels François…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Entre cour et jardin. Marie-Caroline, duchesse de Berry

Article suivant dans Expositions : Face à l’impressionnisme, Jean-Jacques Henner (1829-1905), le dernier des romantiques