Vaches maigres pour les musées anglais Contenu abonnés


Il n’y a pas si longtemps, la Grande-Bretagne était montrée en exemple par les conservateurs français pour les moyens importants que ses musées pouvaient consacrer à leurs acquisitions. C’était l’époque où la France, impuissante, voyait ses chefs-d’œuvre partir à l’étranger sans espoir de retour.

La situation, aujourd’hui, est inversée. Grâce aux lois sur le mécénat et aux réels efforts consentis par le ministère des Finances (il s’agit, en effet, pour une grande part, d’un manque à gagner important pour les impôts), notre pays peut aujourd’hui rivaliser avec les plus grands musées américains, tandis que la Grande-Bretagne est à la peine. A ce sujet, la polémique fait rage outre-manche. L’Art Fund (voir brève du 1/9/04) a cristallisé les inquiétudes qui s’exprimaient déjà depuis…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Soutenez La Tribune de l’Art

Article suivant dans Éditorial : L’ENA : nouvelle école du patrimoine ?