Une Pietà de Gonçal Peris donnée par les Amis du Louvre


JPEG - 71.3 ko
Gonçal Peris (actif entre 1380 et 1451)
Pietà, vers 1430
Tempera et or sur panneau - 48,1 x 34,6 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : D. R.

11/12/14 - Acquisition - Paris, Musée du Louvre - La Société des Amis du Louvre vient d’offrir au département des peintures un chef-d’œuvre de la peinture espagnole, une Pietà avec les instruments de la Passion du peintre Gonçal Peris, le plus important représentant de l’école valencienne au début du XVe siècle.

Les œuvres documentées de cet artiste1, que l’on rattache au style gothique international, sont rares. On peut citer parmi elles un panneau représentant Sainte Marthe et saint Clément conservé au Musée de la Cathédrale de Valence, une de ses premières peintures connues, et le retable de Sainte Ursule, Saint Martin et Saint Antoine du monastère de Portaceli conservé au Museo de San Pio V à Vaence2.

Le tableau acquis par le Louvre, qui date probablement des environs de 1430, montre un peintre au sommet de son art, avec son Christ frêle et déjà rigide dans la mort, ce qui rend cette image encore plus émouvante, Sorti épuisé de l’épreuve fatale qu’il vient de subir, on imagine mal qu’il va bientôt ressusciter dans toute sa gloire. L’œuvre est en bon état, son fond d’or montrant encore les motifs décoratifs incisés. Les lanières accrochées à la croix évoquent l’épisode de la flagellation.
Acquise en 1898 dans la collection de Stanislas Baron par le collectionneur d’art asiatique Charles Gilot, elle était restée chez ses descendants jusqu’à sa vente aux enchères chez Christie’s Paris en juin 2008, où elle fut achetée par le marchand Richard Feigen. C’est chez celui-ci que les Amis du Louvre ont pu l’acquérir, ramenant ainsi en France un tableau qui y avait été conservé pendant plus d’un siècle3.


Didier Rykner, jeudi 11 décembre 2014


Notes

1On n’en connaît aucune signée.

2Et non au MNAC, comme nous l’avions indiqué par ailleurs (merci à Enric M. Cuñat de nous avoir signalé cette erreur). Notons que l’histoire de cette dernière œuvre vient d’être récemment remise en cause par deux historiens de l’art Francesc Ruiz i Quesada et José Gómez Frechina (voir cet article). D’après eux - mais cela reste hypothétique - ce retable aurait été réalisé en 1437 (et non en 1443) avec l’aide de deux autres peintres, son neveu, Garcia Peris et Joan Reixach. La disparition du neveu, en 1440, aurait précipité le déclin de l’art de Gonçal Peris qui mourut ruiné.

3On ne connaît rien de son histoire avant 1898.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une nouvelle base de données sur les sculptures françaises aux États-Unis

Article suivant dans Brèves : Le Rijksmuseum achète chez Christie’s le bronze d’Adriaen de Vries