Une exposition sur le théâtre et la musique à la Nouvelle Athènes


JPEG - 165.9 ko
1. François Bouchot (1800-1842)
Giulia Grisi et Luigi Lablache dans
Les Puritains de Bellini, 1839
Huile sur toile - 65 x 54 cm
Galerie La Nouvelle Athènes
Photo : La Nouvelle Athènes

9/2/15 - Marché de l’art - Paris - Bien que celle-ci, d’une durée un peu courte, se termine jeudi prochain 12 février, nous souhaitons consacrer un court article à cette exposition de La Nouvelle Athènes, non seulement parce qu’elle en vaut la peine, mais aussi parce qu’elle démontre à quel point cette galerie récemment ouverte mène désormais une politique ambitieuse autour du XIXe siècle français.
Elle multiplie en effet les expositions thématiques et arrive à surprendre, comme avec cet accrochage (complété par un catalogue qu’on ne trouve cependant que sous forme numérique) consacré au théâtre et à la musique. Les amateurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés puisque de nombreux points rouges montraient que beaucoup d’œuvres se sont rapidement vendues, comme une scène des Puritains de Bellini peinte par François Bouchot (ill. 1), artiste peu connu mais auteur notamment d’une belle Mort de la Madeleine dans l’église du même nom. Celle-ci, très proche de Delaroche - le chien fait penser à celui des Enfants d’Édouard dans sa manière de prévoir l’action qui se trame en coulisse - était convoitée par la Bibliothèque-Musée de l’Opéra, mais un particulier fut plus rapide et l’a acquise immédiatement.


JPEG - 364 ko
2. École française, vers 1800
Projet de décor à l’Antique
Les Puritains de Bellini, 1839
Lavis d’encre et aquarelle - 33 x 47 cm
Galerie La Nouvelle Athènes
Photo : La Nouvelle Athènes
JPEG - 377.4 ko
3. Amable (1846-1916) et Eugène Gardy ?
Décor présumé pour « Jeanne d’Arc »
Pierre noire et gouache sur bristol découpé
et présenté en relief - 37 x 60 cm
Galerie La Nouvelle Athènes
Photo : La Nouvelle Athènes

L’exposition montre également plusieurs décors de pièces de théâtre et d’opéra du néoclassicisme comme cette très grande aquarelle représentant une scène antique (ill. 2) jusqu’au romantisme tardif, telle cette ville médiévale en ruine, peut-être un projet pour la Jeanne d’Arc de Jules Garnier, sur un musique de Gounod. Plusieurs de ces décors présentent des ajouts de papier découpé leur donnant un relief, comme c’est également le cas pour un projet de décor, Parc d’un château, de l’atelier Amable et Robecchi, qui furent des spécialistes de ce domaine.
On verra aussi des portraits d’acteurs qui sont souvent prétexte également à des études pour leurs costumes de scène, et, enfin, une grande coupe architecturale d’un opéra, vers 1860-1870, qui n’a pas été identifié.

Galerie La Nouvelle Athènes, 22, rue Chaptal, 75009 Paris. Tél : +33 (0)1 75 57 11 42. Site internet.


Didier Rykner, lundi 9 février 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un grand tableau de Jean-Antoine-Théodore Giroust acquis par Dallas

Article suivant dans Brèves : Un paravent de Suzanne Lalique acquis par Limoges