Une collection de peintures françaises des XVIIe et XVIIIe bientôt en vente à Paris


JPEG - 233.1 ko
1. Pierre-Antoine Lemoine (1605-1665)
Nature morte au plat de pêches, raisins
et potiche chinoise sur un entablement de pierre

Huile sur toile - 50 x 61 cm
Vente Sotheby’s/Artucrial 26/3/15
Photo : Sotheby’s/Artcurial

9/1/15 - Marché de l’art - Paris - La vente aux enchères qui aura lieu chez Sotheby’s Paris le jeudi 26 mars 2015 est un événement notable pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il s’agit d’une superbe collection de peintures françaises des XVIIe et XVIIIe siècles réunies pendant une trentaine d’années par un collectionneur français, Louis Grandchamp des Raux. Du point de vue de l’histoire de l’art, l’exposition de ces tableaux sera donc particulièrement passionnante. Ensuite parce que cette dispersion, à Paris, est importante pour le marché de l’art français. À l’exception d’un tableau de Joseph Vernet classé monument historique - nous y reviendrons - les œuvres sont conservées à Bruxelles, où vit depuis plusieurs dizaines d’années le collectionneur. Celui-ci aurait donc pu faire le choix de disperser l’ensemble à Londres ou à New York, mais il a préféré Paris, ce qui montre d’une certaine manière le dynamisme du marché de la peinture ancienne dans la capitale, et permettra à nos musées - on l’espère au moins - de faire jouer le droit de préemption.
Cette vente est en outre marquée par une collaboration entre deux maisons de vente, française, Artcurial, et anglo-saxonne, Sotheby’s, une configuration rare mais qui permettra certainement d’optimiser le résultats : une partie des toiles sera présentée à New York à la fin du mois, puis à Bruxelles, avant qu’elles ne soient exposées chez Artcurial et Sotheby’s à Paris pour être finalement vendues par cette dernière société.


JPEG - 93 ko
2. Anne Vallayer-Coster (1744-1818)
Portrait de jeune femme assise tenant un violon, 1773
Huile sur toile - 116 x 96 cm
Vente Sotheby’s/Artucrial 26/3/15
Photo : Sotheby’s/Artcurial
JPEG - 141.1 ko
3. Claude-Joseph Vernet (1714-1789)
Le départ des pêcheurs au lever du jour, 1747
Huile sur toile - 98 x 134 cm
Vente Sotheby’s/Artucrial 26/3/15
Photo : Sotheby’s/Artcurial

Nous reviendrons sans doute sur l’ensemble de la collection - pas moins de 53 tableaux - pour signaler, parmi ceux que nous avons déjà pu voir, trois chefs-d’œuvre dont on aimerait qu’ils intéressent les musées français.
Le premier est une nature morte de Pierre-Antoine Lemoine (ill. 1). Celui-ci, bien que très connu en son temps, fut ensuite complètement oublié avant d’être redécouvert en 1992, avec le passage en vente de son morceau de réception, qui avait appartenu à Mazarin. Le Louvre ne possède aucune œuvre de lui.
Signalons aussi le Portrait de jeune femme assise tenant un violon (ill. 2) par Anne Vallayer-Coster, un tableau magnifique d’une extrême subtilité, tant dans les coloris blancs et mauves de la robe qui se détachent sur le fond sombre, que dans l’attitude de la jeune femme qui étudie la partition qu’elle va jouer au violon. Le Louvre conserve quatre tableaux de cette femme artiste, uniquement des natures mortes dont l’exceptionnel Panache de mer, lithophytes et coquilles acquis en 1992.
Enfin, le Joseph Vernet (ill. 3) dont nous parlions plus haut était conservé autrefois au château de Ferney-Voltaire, aujourd’hui propriété du Centre des Monuments Nationaux. On espère simplement qu’il retrouvera cette demeure, d’autant que son classement, qui empêche sa vente à l’international, limite fortement son estimation...


Didier Rykner, lundi 12 janvier 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Disparition de Jeannine Baticle

Article suivant dans Brèves : Une peinture de John Knox achetée par Glasgow