Une clôture vitrée devant la façade de l’hôtel de Salm


1/10/14 - Patrimoine - Paris, hôtel de Salm - Après l’histoire de la pergola du Musée Picasso qui a trouvé une fin heureuse d’une manière un peu inespérée, une nouvelle affaire vient démontrer, s’il en était besoin, que désormais la protection du patrimoine, même pour les monuments classés, même pour les secteurs sauvegardés, et même, dans ce cas précis, pour un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, n’est plus qu’une aimable plaisanterie sur laquelle un préfet peut s’asseoir à sa guise.


JPEG - 176.5 ko
1. L’hôtel de Salm et la clôture de verre finement
décorée d’une légion d’honneur...
1er octobre 2014
Photo : Didier Rykner
JPEG - 155.5 ko
2. Clôture en construction qui se trouve désormais
devant la façade de l’hôtel de Salm à Paris
1er octobre 2014
Photo : Didier Rykner

C’est en effet avec l’autorisation nécessaire du Service Territorial de l’Architecture et du Patrimoine, qui avait dans un premier temps refusé, que le préfet de Paris a permis à la Grande Chancellerie de la Légion d’Honneur d’installer, devant sa façade côté Seine (mais peut-être celle-ci se continuera-t-elle sur le côté ?), une haute barrière en verre extrêmement disgracieuse, plus réfléchissante que transparente et par ailleurs agrémentée d’inscriptions « Grande Chancellerie de la Légion d’Honneur » et de dessins représentant en taille XXL une grande croix de la légion d’honneur.
Nous avons contacté la chancellerie, et ceux-ci se sont montrés manifestement très surpris qu’on puisse être choqué par cette construction. Ils se retranchent derrière l’autorisation obtenue. Quand à savoir comment celle-ci a pu être donnée par les services « compétents », cela restera un mystère. Nous avons dans un premier temps parlé à une personne très surprise de savoir que l’autorisation avait été accordée, qui nous a dit se renseigner et n’a ensuite plus été joignable, nous renvoyant vers le chef du STAP, Serge Brentrup. Celui-ci s’étant bien sûr gardé de nous rappeler, nous n’avons pas pour notre part réussi à le joindre.


JPEG - 177.8 ko
3. Clôture en construction qui se trouve désormais
devant la façade de l’hôtel de Salm à Paris
1er octobre 2014
Photo : Didier Rykner
JPEG - 166.7 ko
4. L’hôtel de Salm et la clôture de verre finement
inscrite GRANDE CHANCELLERIE DE LA LÉGION D’HONNEUR
(comme ça, on sait qu’on n’est pas devant le musée d’Orsay)
1er octobre 2014
Photo : Didier Rykner

Des photographies montrent, mieux qu’un long discours, ce nouveau vandalisme aussi bête que prétentieux, qui occulte en partie désormais la vue sur la façade. On se demande ce qui passe par la tête de certains fonctionnaires et la réponse qui vient est celle qu’Obélix faisait à Astérix quand il lui posait la même question : « des fois il ne passe rien ». Va-t-il falloir une nouvelle fois qu’une association de protection du patrimoine s’empare de l’affaire (il semble que les délais de recours ne soient pas terminés, l’opération ayant eu lieu extrêmement rapidement) ou va-t-on subir ad vitam eternam cette nouvelle agression visuelle ?


Didier Rykner, mercredi 1er octobre 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un tableau breton de Pierre Dupuis acheté par Quimper

Article suivant dans Brèves : Un tableau de Claude-Guy Hallé redécouvert, restauré, et exposé au Petit Palais