Une aquarelle d’Antoine Vollon pour la Frick Collection


JPEG - 183.5 ko
Antoine Vollon (1833–1900)
Vue du port de Dieppe, 1873
Aquarelle et graphite - 27,9 x 46 cm
New York, The Frick Collection
Photo : The Frick Collection

20/1/15 - Acquisition - New York, The Frick Collection - Connu pour ses natures mortes, Antoine Vollon, qui se forma à la gravure à Lyon puis se lança en 1859 dans une carrière de peintre et de dessinateur à Paris, peignit aussi un certain nombre de paysages, notamment en Normandie.
C’est une vue de Dieppe réalisée à l’aquarelle que vient de recevoir la Frick Collection, don de Carol Forman Tabler, spécialiste de Vollon, en mémoire de ses parents. Datée de 1873, elle fait partie des premières images de la ville que l’artiste esquissa, lui qui s’y rendit plusieurs fois entre 1873 et 1876. La composition est à moitié vide, rapidement définie par des traces d’aquarelle très diluée : le ciel traversé de nuages dans la partie supérieure, une vaste étendue d’eau et de sable au premier plan. Ce sont les plans intermédiaires que Vollon a décrit avec plus de minutie, détaillant l’architecture et le port : quelques silhouettes de femmes et de pêcheurs entraînent le regard vers les bateaux échoués dont les mats rythment la composition, plus loin se dessinent la tour et le clocher de l’église Saint-Jaques, tandis que tout à gauche se dressent les falaises et le château de Dieppe.
Réalisée pour elle-même et non préparatoire à une peinture, cette grande aquarelle porte une dédicace à Nadezhda von Knorring, épouse d’Alexandre Dumas fils. L’écrivain et sa femme reçurent Vollon dans leur maison, à Puys, près de Dieppe, et furent ses mécènes.

Le musée conserve deux autres représentations du port de Dieppe, peintes par Daubigny et par Turner, et acquises par Henry Clay Frick respectivement en 1904 et 1914.
Charles-François Daubigny se rendit dans la ville normande en même temps que Vollon, en 1876, et c’est probablement à partir des esquisses qu’il rapporta de ce séjour qu’il peignit la toile aujourd’hui conservée à la Frick, dans laquelle il adopte le même point de vue (il se poste au sud de la ville) qu’Antoine Vollon

Cette aquarelle figurera dans l’exposition « Paysages dessinés de la Frick Collection » qui se tiendra au musée l’été prochain.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 20 janvier 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Samaritaine : comment faire dire à un historien l’inverse de ce qu’il pense

Article suivant dans Brèves : Menace sur les recours contre l’industrie éolienne