Un tableau et un dessin de Dandré-Bardon acquis par Marseille et par Aix


Cet article est actuellement réservé aux abonnés.

JPEG - 69.1 ko
1. Michel-François Dandré-Bardon (1700-1783)
Académie d’homme
Huile sur toile - 98 x 135,5 cm
Marseille, Musée des Beaux-Arts
Photo : Galerie Coatalem

10/12/10 – Acquisitions – Marseille, Musée des Beaux-Arts et Aix-en-Provence, Musée Granet – Le Musée des Beaux-Arts de Marseille a acquis, auprès de la galerie Coatalem à Paris, une Académie d’homme de Michel-François Dandré-Bardon (ill. 1).
Le bâton et le vêtement posés à côté de l’homme nu et sur lequel il est assis sont trop banals pour permettre d’identifier le sujet. Il est possible en effet que, sous la forme d’une académie, l’artiste ait voulu représenter un personnage précis. On peut ainsi rapprocher cette peinture inédite d’une œuvre comme le Patrocle de Jacques-Louis David conservé au Musée Thomas-Henry de Cherbourg, daté de 1780. Dandré-Bardon a semble-t-il cessé de peindre après le Salon de 1753 et sa nomination en 1752 comme professeur à l’Académie royale. Il est probable que ce tableau date de la même époque.


JPEG - 134.5 ko
2. Michel-François Dandré-Bardon (1700-1783)
Auguste punissant les concussionnaires
Craie noire et lavis brun rehaussé de blanc - 26,2 x 69,7 cm
Aix-en-Provence, Musée Granet
Photo : Galerie Coatalem

Une autre œuvre de Dandré-Bardon, un dessin cette fois-ci (ill. 2), a été acquise par le Musée Granet d’Aix-en-Provence, également de la galerie Coatalem. Il fait l’objet d’une publication par la spécialiste de l’artiste, Ludmila Virassamynaïken (qui prépare une monographie à paraître chez Arthena) dans la dernière livraison de La Revue des Musées de France-Revue du Louvre1. Il s’agit d’une grande feuille préparatoire au monumental Auguste punissant les concussionnaires, de 1729. Bien que la composition en largeur soit d’un esprit proche du tableau final, les différences sont nombreuses. L’artiste effectua en effet de longues recherches avant d’aboutir à l’œuvre définitive : il a peint en 1726, au verso de la toile, une première version de ce sujet qui fut redécouverte lors de la restauration (entre 1984 et 1994).
On ne saurait trop féliciter le Musée Granet d’avoir su acquérir ce grand et beau dessin. On aimerait cependant que le tableau qu’il prépare ne soit pas caché derrière des cloisons, invisible au public pour probablement de longues années, comme d’ailleurs presque toute la collection d’art ancien (voir l’article).

English version


Didier Rykner, vendredi 10 décembre 2010


Notes

1Ludmila Virassamynaïken, « Auguste punissant les concussionnaires de Michel-François Dandré-Bardon. Une œuvre maîtresse du Musée Granet », La Revue des Musées de France-Revue du Louvre, décembre 2010-5, p. 42-47.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : L’Ordre de Poussin est resté invendu

Article suivant dans Brèves : Un cuivre de Ludovico Carracci acquis par l’Art Institute of Chicago