Trois expositions : Renaissance à Lyon, Moïse et Dansez, embrassez qui vous voudrez Contenu abonnés


Ces expositions ont commencé il y a plusieurs mois et vont se terminer bientôt. Nous les avons toutes vues, bien entendu, et nous avons largement consulté leurs catalogues, mais faute de temps nous ne pouvons prétendre les critiquer de manière exhaustive. Nous publierons d’ici quelques jours un second article sur d’autres expositions commencées en 2015, avant qu’elles ne s’achèvent.

LA RENAISSANCE À LYON

Lyon, Musée des Beaux-Arts, du 23 octobre 2015 au 25 janvier 2016.

La Renaissance à Lyon a laissé de très nombreux témoignages, notamment dans le quartier Saint-Jean, qu’un ancien maire voulait raser et qui est aujourd’hui classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais l’architecture n’est pas facile à exposer, et cet art n’est qu’effleuré dans l’exposition et dans le catalogue. Comme la sculpture n’y fut, semble-t-il, guère représentée au XVIe siècle (en tout cas il n’en reste plus beaucoup de témoignages), que peu de peintures d’histoire subsistent, cela réduit forcément l’intérêt de cette rétrospective, essentiellement composée d’objets d’arts, de dessins, d’estampes et de portraits peints.


JPEG - 97.3 ko
1. Pierre Eskrich (vers 1520-après 1590)
Ibis chauve, vers 1548-1555
Pierre noire, aquarelle, encre noire et brune, gouache,
blanc de plomb - 23,3 x 21,3 cm
New York, Historical Society
Photo : New York Historical Society
JPEG - 29.3 ko
2. Corneille de Lyon (entre 1500 et 1510-1575)
Portrait d’une jeune inconnue
Huile sur panneau - 20 x 16,5 cm
Lyon, Musée des Tissus et des Arts décoratifs
Photo : Sylvain Pretto

Signalons tout de même plusieurs sections passionnantes. Celle des dessins d’ornithologie conservés à la New York Historical Society et à la Bibliothèque nationale en est une. Ces feuilles splendide, dues à des artistes méconnus tel que Pierre Eskrich (ill. 1) et Michel Petit, sont issues d’un projet mené en collaboration par des scientifiques et humanistes de Genève et de Lyon.
Autre réunion notable : les portraits de Corneille de Lyon et de Jean Perréal, les deux grands…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : La Fabrique de l’œuvre

Article suivant dans Expositions : Jean-Pierre Saint-Ours. Un peintre genevois dans l’Europe des Lumières