Tours : gros plan sur les lieux menacés par l’aile Cligman Contenu abonnés


Nous nous sommes rendu à Tours pour la première fois depuis l’annonce par la mairie du projet de construction d’une aile destinée à recevoir la donation Cligman dans le jardin de l’archevêché . Cela nous a permis de prendre un peu mieux encore la mesure du vandalisme insensé en préparation.


JPEG - 616.9 ko
1. L’ancien archevêché de Tours,
aujourd’hui Musée des Beaux-Arts
À gauche l’entrée, avec un portail du XVIIIe siècle
La tour ronde est d’époque gallo-romaine très remaniée
Ensuite vient la partie XVIIe siècle
À droite, le cèdre, planté au début du XIXe siècle
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 881.2 ko
2. L’ancien archevêché de Tours,
aujourd’hui Musée des Beaux-Arts
À gauche, le cèdre
Derrière le cèdre, la partie du XVIIe siècle
À droite, la partie du XVIIIe siècle
On distingue derrière la cathédrale
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

On imagine difficilement un lieu où l’Histoire soit davantage prégnante. L’entrée dans le jardin, par une porte du XVIIIe siècle, débouche à gauche sur une tour d’époque gallo-romaine, remaniée ultérieurement, puis sur un bâtiment du XVIIe siècle construit par l’archevêque Bertrand d’Eschaux (ill. 1) contre lequel se colle celui du XVIIIe siècle édifié de 1753 à 1755 par l’archevêque Rosset de Fleury (ill. 2). À droite de cette aile, derrière une façade également du XVIIIe siècle (ill. 3), se trouve l’ancienne officialité (c’est-à-dire le tribunal), du XIIe siècle, qui donne sur le chevet de la cathédrale (ill. 4) et fait également partie de l’archevêché, et donc du Musée des Beaux-Arts.


JPEG - 149.8 ko
3. À droite de l’aile du XVIIIe,
on trouve l’officialité
Cette aile date du XIIe siècle, avec sur
les jardins une façade du XVIIIe.
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 135.7 ko
4. L’autre façade de l’officialité
au chevet de la cathédrale
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Devant la partie du XVIIe siècle, la cour est occupée presque entièrement par le cèdre immense planté au début du XIXe siècle, tandis que devant…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Patrimoine : La galerie Vivienne transformée en serre (style rococo allemand)

Article suivant dans Patrimoine : Le Cercle Naval de Toulon : un patrimoine Art déco à protéger d’urgence