The Art of Italy in Royal Collection : Renaissance & Baroque Contenu abonnés


Londres, Queen’s Gallery, du 30 mars 2007 au 20 janvier 2008.
Puis à Edimbourg, Queen’s Gallery, Palace of Holyroodhouse, à partir d’avril 2008 (dates exactes à préciser).

JPEG - 95.1 ko
1. Attribué au Caravage (1571-1610)
La vocation de saint Pierre et de saint André
Huile sur toile - 140 x 176 cm
Collections de la Reine d’Angleterre
© 2007, Her Majesty Queen Elizabeth II
Voir l'image dans sa page

Nous avons, à deux reprises, parlé sur ce site du tableau des collections royales britanniques attribué à Caravage par Sir Denis Mahon (voir brèves du 20/2/04 et du 13/11/06 ; ill. 1). L’exposition de la Queen’s Gallery à Londres, qui montre actuellement une partie des peintures et dessins italiens des XVIe et XVIIe siècles appartenant à la Reine, le présente comme de ce peintre sans la laisser place au moindre doute. Pourtant, si la composition lui revient certainement, les avis sont loin d’être unanimes. L’œuvre est certes honorable, mais il est difficile d’être convaincu par cette attribution.
La déception devant cette toile est rapidement compensée par la qualité exceptionnelle des œuvres qui l’accompagnent. Qu’importe un Caravage douteux (voire deux, car le Jeune garçon pelant un fruit, assez médiocre, et dont il existe de multiples compositions, est considéré comme une copie par beaucoup) lorsque l’on a un Baglione tel que l’Allégorie de la Justice et de la Charité réconciliée, un Caracciolo comme Cupidon endormi ou la sublime Salomé avec la tête de saint Jean-Baptiste de Carlo Dolci (ill. 2) ? Pratiquement tous les tableaux du Seicento exposés ici sont d’un niveau digne des plus grands musées et la présentation parfaitement classique, sur un fond de velours rouge, les met superbement en valeur.


JPEG - 23.8 ko
2. Carlo Dolci (1616-1687)
Salomé avec la tête de saint
Jean-Baptiste
, vers 1665-1670
Huile sur toile - 126 x 102 cm
Collection de la Reine d’Angleterre
© 2007, Her Majesty Queen Elizabeth II
Voir l'image dans sa page

On aurait pu commencer cette recension par le début, c’est à dire par le XVIe siècle qui occupe la première salle. Si l’on peut y voir quelques chefs-d’œuvre, l’ensemble est cependant moins impressionnant, pas tant à cause de l’état un…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : La sculpture du XVe siècle en Franche-Comté de Jean sans Peur à Marguerite d’Autriche (1404-1530)

Article suivant dans Expositions : L’Œil gourmand. Parcours dans la nature morte napolitaine du XVIIe siècle