Saint-Gobain (1665-1937) : une entreprise devant l’Histoire


Paris, Musée d’Orsay, du 7 mars au 4 juin 2006.

Remarque : En attendant que la jurisprudence vienne préciser les termes de la loi sur les droits d’auteur et droits apparentés, nous préférons nous conformer aux exigences de l’ADAGP. Nous retirerons donc, pour les artistes morts depuis moins de 70 ans, les images après la fin des expositions. Soit, ici, la photo de l’œuvre de Jacques Adnet.

JPEG - 93.8 ko
1. Anonyme
Coulée d’une glace à Saint-Gobain
en présence du
directeur Pierre Delaunay
-Deslandes, vers 1780
Sanguine et crayon - 68,5 x 108 cm
Collection Saint-Gobain
© Collection Saint-Gobain

L’exposition organisée au musée d’Orsay par Caroline Mathieu, conservateur en chef, en collaboration avec l’entreprise Saint-Gobain, toujours en activité et riche d’un fonds d’archives important1, fait suite aux manifestations consacrées aux grands noms de l’histoire industrielle du XIXe siècle : les usines Schneider au Creusot (1995), ou la maison Wendel en Lorraine plus récemment (2004-2005). Grâce à ces (rares) expositions, le musée d’Orsay remplit la mission qui lui avaient été confiée au moment de sa préfiguration : donner une vision panoramique de l’histoire du XIXe siècle, non seulement artistique, mais également sociologique, politique, industrielle, technique...

JPEG - 29.5 ko
2. Jean-Marc Nattier (1685-1766)
Portrait de Madame Geoffrin, 1738
Huile sur toile - 145 x 115 cm
Tokyo, Fuji Art Museum
© D. R.

A l’origine de Saint-Gobain se trouve la création en 1665 par Colbert, contrôleur général des Finances, de la Manufacture des Glaces de miroirs, destinée à concurrencer l’hégémonie de la production vénitienne, et répondant à un nouveau goût pour les miroirs dans la décoration d’intérieur. En 1672, une mesure protectionniste interdit l’importation des glaces en provenance de la Sérénissime, dont le ministre de Louis XIV n’hésite pas à débaucher les fabricants. La manufacture prend alors son essor, illustré par la commande en 1682-1684 de la Galerie des Glaces à Versailles, qui marque l’apogée du genre du cabinet de glaces cloisonnées.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Géricault. La folie d’un monde

Article suivant dans Expositions : Sous le regard de Goethe. Deux siècles de dessins français des musées de Weimar