Jeanne d’Arc. Les tableaux de l’Histoire Contenu abonnés


Rouen, Musée des Beaux-Arts. Exposition terminée le 1er septembre 2003.

JPEG - 95.2 ko
1. William Etty (1787-1849)
Jeanne d’Arc fait une sortie depuis les
portes d’Orléans et repousse les ennemis
de la France

Orléans, Musée des Beaux-Arts
Voir l'image dans sa page

Alors que l’histoire, la bible et la mythologie sont ignorées par la majorité de nos contemporains, il faut un certain courage pour réaliser une exposition iconographique. D’abord parce que, corollaire de cette ignorance, les visiteurs ne savent plus lire les images, ensuite parce que l’on se condamne à n’exposer que de la peinture d’histoire, autrefois la première dans la hiérarchie des genres, et qui aujourd’hui, modernité oblige, est celle qui retient le moins l’attention. Bien sûr, le risque est moindre avec Jeanne d’Arc, figure emblématique qui reste l’un des personnages de l’histoire de France les mieux connus, même des moins informés.

Le musée de Rouen, en étroite collaboration avec celui d’Orléans, les deux villes symboles de l’épopée johannique, expose donc une centaine d’œuvres picturales consacrées à la pucelle, toutes du XIXe siècle et du début du XXe siècle, période qui vit naître l’essentiel de cette production, jusqu’à la canonisation tardive (1920).

JPEG - 91.6 ko
2. Eugène Thirion (1839-1910)
Jeanne d’Arc
Chatou, église Notre-Dame
Voir l'image dans sa page

L’ambition de Laurent Salomé, le directeur des musées de Rouen, était de réaliser une exposition purement artistique, en excluant les illustrations populaires. Pari réussi, si l’on excepte une ou deux œuvres assez faibles (la Jeanne d’Arc au bouclier devant le fort des Tournelles d’une collection particulière rouennaise - cat. 2, ou le tableau d’Hippolyte Lecomte du Musée des Beaux-Arts de Blois - cat. 3, dont tous les visages sont identiques). L’exposition ne se contente pas d’œuvres françaises. On découvre ainsi - on s’en doutait un peu à vrai dire, car certains de ces tableaux sont fameux, comme le William Etty d’Orléans (cat. 17, ill. 1) ou les Jeanne d’Arc de Dante Gabriel Rossetti (cat. 62 et 63) - que l’Angleterre s’est…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Paris-Saint-Petersbourg, 1800-1830. Quand la Russie parlait français...

Article suivant dans Expositions : Savoir-faire. La variante dans le dessin italien au XVIe siècle