Retour de l’art décoratif des années 30 au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris Contenu abonnés


JPEG - 239 ko
1. Vue des salles Art Déco
Paris, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
Photo : MAMVP
Voir l'image dans sa page

18/11/08 – Accrochage – Paris, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris – La direction du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris a remis au goût du jour sa très belle collection d’art décoratif des années 1930. L’expérience est inattendue pour le visiteur du nouvel accrochage des collections, décidé par Fabrice Hergott, successeur de Suzanne Pagé à la direction de l’institution depuis plus d’un an. Placée au début d’un parcours complètement réorganisé, l’installation des objets d’art révèle la richesse d’un fond sorti d’un long purgatoire. La majorité d’entre eux n’avait pas été montrée depuis plusieurs décennies. D’autres, notamment l’ensemble de céramiques, sont parfaitement inédits. La plupart des œuvres exposées sont issues de commandes ou d’acquisition de l’administration aux artistes décorateurs à l’issue de l’Exposition Internationale des Arts et Techniques de 1937, manifestation historique qui modifia l’urbanisme de la colline de Chaillot et fut à l’origine de la création même du Musée. Le nouvel accrochage, dans son ensemble, est d’abord l’occasion de redécouvrir ce bâtiment unique, fleuron de l’architecture officielle de la période. Les murs ont été généreusement repeints, faisant disparaitre les effets malheureux de contraste qui dénaturaient autrefois l’unité intérieure du musée. La réouverture des baies sur l’esplanade donne un sentiment d’espace dont le public avait perdu l’habitude, et la salle dédiée aux arts décoratifs a retrouvé son intégrité grâce au réaménagement de la mezzanine, anciennement masquée.


JPEG - 202 ko
2. Vue des salles Art Déco
Paris, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
Photo : MAMVP
Voir l'image dans sa page

Les pièces de mobilier présentées sont de toute première qualité, signées par les plus grands noms des années Trente : Jean Dunand, Eugène Printz, Pierre Chareau ou encore Jacques-Emile Ruhlmann. Ce dernier est…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux hôtels particuliers historiques vendus par la ville de Dijon

Article suivant dans Brèves : Signer pour l’Italie (et contre la nomination de l’ancien patron de McDonald à la tête des musées italiens)