Rastaquarium, Marcel Proust et le « modern style ». Arts décoratifs et politique dans À la recherche du temps perdu Contenu abonnés


Auteur : Sophie Basch

On le sait, l’océan bibliographique consacré à Marcel Proust s’étend encore plus rapidement que ne s’élève le niveau de la mer sous l’effet du réchauffement climatique. Il est atteint du fameux « syndrome des morts » qui empoisonne la vie des héros de l’Amédée ou comment s’en débarrasser d’Ionesco, envahis par un cadavre en extension : la « progression géométrique » ! L’univers proustien, bien qu’immense, est souvent poussé dans ses derniers retranchements par les chercheurs, puisqu’on n’ignore plus rien, et dans toutes les langues, de l’image du tramway ou de la pince à sucre dans la Recherche, de l’influence du bœuf mode sur la digestion de Madame de Villeparisis ou de l’approvisionnement en huîtres du Grand hôtel de Cabourg en juillet 1907. Propice aux approches interdisciplinaires, comme on le voit, Proust souffre aussi de la difficulté qu’ont bien des universitaires à faire incursion dans des domaines qui ne sont pas les leurs. Combien de spéculations et d’affirmations plus ou moins hasardeuses quant à Elstir et à Vinteuil, le plus souvent sous la plume de littéraires qui, tout en jugeant toutes les autres disciplines annexes et inférieures, ne feraient pas la différence entre Monet et Sisley ou Vincent d’Indy et Ernest Chausson. On est donc d’autant plus heureux lorsqu’un auteur aborde brillamment un sujet transversal et met à profit textes et images avec une égale compétence d’érudition et d’analyse mais dans un but précis.


JPEG - 349.1 ko
1. Exposition universelle de Paris 1900
Aquarium de Paris
Carte postale ancienne
Collection privée
Photo : D. R.

En explorant son Rastaquarium, néologisme inventé en 1911 à partir de rastaquouère et d’aquarium par Georges Maurevert, à moins que ce ne soit par Willy, Sophie Basch réunit histoire littéraire, histoire de l’art et synthèse socio-politique et, certes, il n’en faut pas moins pour mettre en eau ce récipient ingénieux, véritable bouillon d’une culture dont l’ébullition ravit le lecteur. À l’œuvre cathédrale, revendiquée par…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Vient de paraître : ouvrages reçus du 20 décembre au 31 décembre 2014

Article suivant dans Publications : Vient de paraître : ouvrages reçus du 2 janvier 2015 au 26 février 2015