Poussin, le Massacre des Innocents - Picasso, Bacon Contenu abonnés


Chantilly, Musée Condé, du 11 septembre 2017 au 7 janvier 2018.

Puisqu’elle est consacrée à la fortune d’un tableau de Nicolas Poussin de la collection du duc d’Aumale, Le Massacre des Innocents (ill. 1) commandé à l’artiste par Vincenzo Giustiniani, et dont le dessin préparatoire est conservé à Lille (ill. 2), il est légitime que la nouvelle exposition du Musée Condé ne se contente pas de montrer de l’art ancien et pousse le discours jusqu’à l’art du XXe siècle et même du XXIe siècle.


JPEG - 350.2 ko
1. Nicolas Poussin (1594-1665)
Le Massacre des Innocents
Huile sur toile - 142,5 x 174,5 cm
Chantilly, Musée Condé
Photo : Wikipedia/Domaine public
Voir l'image dans sa page
JPEG - 350.8 ko
2. Nicolas Poussin (1594-1665)
Le Massacre des Innocents
Plume, encre brune et lavis brun - 14,7 x 16,9 cm
Lille, Musée des Beaux-Arts
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

JPEG - 1.7 Mo
3. Guido Reni (1575-1642)
Le Massacre des Innocents
Huile sur toile - 268 x 170 cm
Bologne, Pinacoteca Nazionale
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Le début du parcours est un peu décevant : un long couloir au bout duquel est accroché l’Autoportrait du Louvre, que l’on a vu récemment en prêt au Musée des Beaux-Arts de Nantes et qui poursuit ainsi un petit périple qui n’était pas forcément indispensable. Les quelques dessins exposés dans cette galerie, qui racontent l’histoire du tableau de Poussin depuis sa commande jusqu’à son acquisition par le duc d’Aumale, sont accrochés trop haut (il semble que des questions de structure des parois en sont responsables). On passera donc bien vite cette section pour arriver à ce qui fait le cœur de l’exposition, une salle en tous points exceptionnelle qui mérite à elle seule le déplacement à Chantilly.

Les commissaires ont en effet réussi l’exploit de réunir quelques toiles du XVIIe siècle parmi les plus prestigieuses sur le thème du Massacre des Innocents. Et d’abord un des chefs-d’œuvre de Guido Reni (ill. 3), conservé à la Pinacothèque de Bologne. Obtenir ce tableau, qui est l’un des fleurons de ce musée, n’a pas été simple1. Pour y…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Une Renaissance en Normandie

Article suivant dans Expositions : Jacques Réattu arelatensis. Un rêve d’artiste