Peintures françaises du XVIIIe siècle des églises de Paris Contenu abonnés


Auteur : Guillaume Kazerouni

jpg-couverture_dossier_art_eglises_xviii-jpgIl faut traiter ce nouveau Dossier de l’Art édité par les éditions Faton comme un livre à part entière. Faisant suite à Peintures françaises du XVIIe des églises de Paris (voir notre article), ce numéro, dû également à Guillaume Kazerouni, est en effet un véritable ouvrage de référence.
Comme le précédent, il permet au plus grand nombre de découvrir un patrimoine méconnu, d’une richesse insoupçonnée et souvent complémentaire des collections du Louvre. A quelques exceptions près, que rappelle l’auteur, le musée parisien n’expose presque pas cette grande peinture religieuse du XVIIIe siècle. C’est dans les églises parisiennes (ou les musées de province) que l’on donc peut donc découvrir ces œuvres majeures de Jean-Baptiste-Marie Pierre, de Gabriel-François Doyen ou de Carle Van Loo. Aucun amateur de peinture ancienne ne devrait ignorer ces tableaux et cette publication leur donnera toutes les indications nécessaires pour les découvrir, d’autant que le nombre d’illustrations est très important, certaines toiles y étant reproduites en couleur pour la première fois.

JPEG - 98.1 ko
1. Anonyme
La fille de Jephté, vers 1750
Huile sur toile - 92 x 145 cm
Paris, Sacré-Cœur
Photo : Conservation des Œuvres d’Art
de la Ville de Paris
Voir l'image dans sa page

Les spécialistes devraient donc y trouver leur compte tout autant que le grand public. Qui en effet peut prétendre connaître La fille de Jephté, encore anonyme mais de très belle facture, conservé au... Sacré-Cœur (ill. 1) ? Ou les tableaux peints par Paul-Ponce-Antoine Robert, dit de Séry, un artiste encore mal connu et seulement pour ses tableaux de genre, pour l’église Saint-Merry, difficilement visibles et jamais photographiés en couleur (Saint-François de Paul guérissant un malade à Naples et Saint-François Xavier baptisant les Indiens) ? Ou encore Le Retour de Tobie d’Etienne Lavallée-Poussin redécouvert dans l’église Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle dans les années 1980 ?


JPEG - 81.6 ko
2. Pierre Jacques Cazes (1676-1754)
Sainte Cécile

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Marie Stuart, une figure romantique ?

Article suivant dans Publications : Damoclès - L’œuvre en question