Contenu abonnés

Patrimoine africain : nouveaux éléments sur le mythe des 95 % hors d’Afrique

Le traitement spécifique des « restitutions » d’œuvres d’art à l’Afrique sub-saharienne se base sur un argument essentiel : celle-ci aurait perdu entre 80 % et 90 % des œuvres qu’elle a produites, qui seraient désormais conservés hors du continent. Un chiffre asséné en permanence par tous les médias et par les politiques sans aucune explication ou sans aucune source crédible. On lit parfois même que ce celui-ci serait de 95 % comme, le 28 octobre dernier, l’affirmait encore France Info. Des proportions absurdes dont Julien Volper démontrait ici-même (voir l’article) qu’elles n’avaient aucune réalité.


Le débat organisé sur Arte dans l’émission 28’ avec notamment Lionel Zinsou
Capture d’écran
Voir l´image dans sa page

Mais, comme nous l’avons déjà écrit, peu importent les faits. Seules comptent les croyances et l’émotion. Participant à une émission de Sud Radio le 11 novembre, ce mythe a été repris par mon interlocutrice, l’éditorialiste Françoise Degois, comme un élément essentiel du débat. J’aurais dû écouter, auparavant, celui qu’avait organisé la veille la chaîne Arte dans l’émission 28’ animée par Élisabeth Quin, qui m’aurait permis d’être encore plus incisif.
Consacrée à ce sujet d’actualité, elle réunissait trois invités, tous plus ou moins, à des degrés divers, favorables aux restitutions. Celle-ci s’est avérée très intéressante et cela grâce à l’intervention inattendue de Lionel Zinsou, pourtant très favorable à ce mouvement de retour des œuvres d’art en Afrique, et plus précisément au Bénin dont il fut Premier ministre.

Voilà la retranscription intégrale d’une partie de son intervention :

« La vraie question c’est "est-ce que l’Afrique a perdu 80% de son patrimoine" ? Si c’était le cas, c’est quand même un des arguments pour la restitution, là pour le coup ce serait vraiment une prédation exceptionnelle. C’est très difficile à quantifier. Nous avons fait au Bénin une exposition de ce qui restait en main des grandes familles royales,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.