Marly lance une souscription pour l’achat d’une tapisserie de la Tenture de Don Quichotte


JPEG - 147 ko
Paris, manufacture des Gobelins
Atelier de Pierre-François Cozette
Charles Coypel (1694-1752)
pour le tableau central
Blin de Fontenay (1653-1715) et
Pierre-Josse Perrot (1678-1750)
pour l’alentour
La fausse Princesse de Micomicon, 1753
Tapisserie de haute lisse, laine et soie
358,5 x 227 cm
Collection privée
Photo : Marly, Musée-Promenade

10/12/14 – Appel à souscription – Louveciennes, musée-promenade de Marly - Le Musée-Promenade de Marly a lancé une souscription publique afin d’acquérir de gré à gré une tapisserie intitulée La fausse Princesse de Micomicon qui vient d’être mise en vente par son propriétaire, un particulier français, pour 80 000 €. 41 000 € ont déjà été réunis grâce au soutien de l’Etat, des Amis du Musée-Promenade et du Vieux Marly, restent à trouver 39 000 € avant le 20 janvier 2015 date à laquelle l’oeuvre passerait alors en vente publique au risque de quitter la France.

Elle appartient à un ensemble de trente tapisseries composant la Tenture de Don Quichotte tissée aux Gobelins de 1749 à 1764. Si douze d’entre elles servent de cadeaux diplomatiques, dix-huit sont destinées dès l’origine au château de Marly pour Louis XV où elles demeurent jusqu’à la fin de l’Ancien Régime réparties entre la chambre du roi, le cabinet du conseil, les appartements du premier étage et le garde-meuble. A la Révolution elles sont nationalisées et confiées au Mobilier national avant d’être placées au château de Compiègne par Napoléon III et son épouse. A la chute du Second Empire, le Mobilier national les récupère mais en cède six à l’impératrice Eugénie qui seront vendues à sa mort. C’est en 1922 à l’occasion de la dispersion de la succession de l’ancienne impératrice qu’elles réapparaissent sur le marché de l’art. Cinq sont aujourd’hui conservées au Virginia Fine Arts Museum à Richmond aux Etats-Unis tandis que la sixième est celle concernée par l’appel à souscription du musée de Marly.

Elle rejoindrait alors la salle consacrée au XVIIIe siècle et offrirait, aux côtés de L’Apothéose d’Enée de François Boucher - qui décorait la chambre de Louis XV à Marly au même titre que quatre tapisseries de la Tenture de Don Quichotte1 – et des commodes du comte de Provence, une meilleure connaissance du décor du pavillon royal sous Louis XV. Elle renforcerait également la présence du peintre Blin de Fontenay dans les collections. Spécialisé dans la peinture décorative c’est lui qui a réalisé les motifs de la bordure décorative – dite alentour – tandis que la scène centrale - ou tableau - a été tissée d’après une peinture de Charles Coypel.

L’épisode représente la fausse princesse de Micomicon, en réalité une jeune paysanne prénommée Dorothée, envoyée par des amis de Don Quichotte qui, inquiets de ses aventures, montent un plan pour le ramener près d’eux. La jeune femme se fait passer pour une princesse injustement renversée de son trône implorant son aide. Elle est figurée à genoux face à lui tandis qu’un page au premier plan, également agenouillé, dissimule son fou rire. Les Aventures de Don Quichotte de Cervantès connurent un tel succès au XVIIIe que la tenture que la Manufacture des Gobelins leur dédie sera tissée 9 fois au cours du siècle. La tapisserie que Marly souhaite acquérir appartient à la cinquième tenture réalisée.

Outre les habituelles mesures de réductions fiscales qui accompagnent ce type de mécénat, les donateurs bénéficieront d’avantages tels que des entrées gratuites, une visite privée autour de l’œuvre ou une soirée réservée. Les dons doivent être envoyés avant le 20 janvier 2015 par chèque accompagnés du bulletin de souscription téléchargeable sur le site du musée2.

Au sujet de Marly, signalons également que Stéphane Castelluccio vient de publier aux éditions Gourcuff-Gradenigo un ouvrage dédié à ce domaine royal intitulé Marly. Art de vivre et pouvoir de Louis XIV à Louis XVI. Il y détaille par règnes le pavillon royal, les petits pavillons, les jardins et les voyages de la cour. Le chapitre sur Louis XV décrit et illustre le décor intérieur de l’appartement du roi que nous évoquions ci-dessus.


Julie Demarle, mercredi 10 décembre 2014


Notes

1La Tête enchantée, Dorothée déguisée en berger, Le Vol de l’âne et Le Jugement de la Canne.

2Il est regrettable qu’aucune possibilité de souscrire en ligne, via une plate-forme de financement participatif, ne soit prévu.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Les dernières acquisitions du Musée des Beaux-Art de Montréal

Article suivant dans Brèves : Succès de plusieurs souscriptions pour des acquisitions et des restaurations