Marie-Victoire Jacquotot 1772-1855. Peintre sur porcelaine Contenu abonnés


Auteur : Anne Lajoix

Comme le rappelle Daniel Alcouffe dans la préface, il s’agit d’un premier livre consacré à un peintre sur porcelaine. Travail précis et documenté, il ouvre le champ à une histoire des arts décoratifs étroitement liée à celle des arts dits « majeurs » dont elle est encore trop souvent exclue ou dissociée.

jpg-couverture_jaquotot-jpgIl y a maintes raisons de se réjouir de la monographie d’Anne Lajoix sur Marie-Victoire Jacquotot (1772-1855), peintre sur porcelaine, qui vient d’être publiée par la Société de l’Histoire de l’Art français avec le concours de la fondation Singer-Polignac, de la fondation Napoléon et de la Ker amika Stifung (Zurich).
Il s’agit tout d’abord, comme le rappelle Daniel Alcouffe dans la préface, d’un premier livre consacré à un peintre sur porcelaine. En effet, on recensait jusqu’alors des articles1 ou la thèse inédite de Marcelle Brunet sur Jean-Charles Develly - autre peintre parmi les plus célèbres de Sèvres au moment où Alexandre Brongniart est directeur de la Manufacture - soutenue en 1947 à l’Ecole du Louvre. Le travail de réhabilitation engagé par Anne Lajoix montre combien, dans le cas précis de Marie-Victoire Jacquotot, le silence voire l’imprécision de l’historiographie post-mortem nous ont longtemps écarté des appréciations laudatives de l’époque, de Balzac, qui la cite dans deux de ses romans, d’Alfred de Musset ou, entre autres, de Lady Morgan, qui la dit aimable et spirituelle. On sait néanmoins que Marie-Victoire Jacquotot est maîtresse femme, autoritaire et fière, suffisance qu’elle met au diapason du succès croissant de sa longue carrière : elle répond aux commandes des souverains de France et des personnalités importantes de son temps desquels elle réalise les effigies ; elle est agréée « peintre de figures » à la Manufacture de Sèvres, c’est-à-dire dans la catégorie la plus élevée de la hiérarchie des genres et la mieux payée ; en 1816, au début du règne de Louis XVIII, elle est nommée peintre sur porcelaine du Roi. Afin qu’elle puisse s’illustrer au…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Lambert Lombard, Peintre de la Renaissance, Liège 1505/06-1566. Essais interdisciplinaires et catalogue de l’exposition

Article suivant dans Publications : Les hôtels de Guénégaud et de Mongelas. Rendez-vous de chasse des Sommer au Marais