Publicité Annonce Tribune de l'Art souscription 2

Manguin. La volupté de la couleur Contenu abonnés


Giverny, Musée des Impressionnismes, du 14 juillet au 5 novembre 2017.
Lausanne, Fondation de l’Hermitage, du 22 juin au 28 octobre 2018.

Notre première impression, lors de la visite de cette exposition, fut que Manguin était un suiveur. Si beaucoup de tableaux sont de grande qualité, par exemple son Autoportrait qui ouvre le parcours (ill. 1), on ne peut s’empêcher de constater que sa manière propre est difficile à appréhender. Il y a de tout dans sa peinture : Cézanne (ill. 2), Gauguin, Monet, Toulouse-Lautrec ou Degas dans ses dessins et pastels de jeunesse, Signac dans ses aquarelles, Matisse, Picasso (ill. 3), etc. Mais une exposition, parcourue parfois un peu rapidement, peut être trompeuse si l’on ne prend pas soin de lire le catalogue. Et celui-ci démontre, en donnant des exemples précis, que l’artiste fut parfois le premier à peindre tel ou tel motif, ou à innover dans la gamme colorée.


JPEG - 343.9 ko
1. Henri Manguin (1874-1949)
Autoportrait, 1905
Huile sur toile - 55 x 46 cm
Collection particulière
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 336.2 ko
2. Henri Manguin (1874-1949)
Le Pot vert, 1905
Huile sur toile marouflée sur panneau - 55 x 48 cm
Collection particulière
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

JPEG - 354.1 ko
3. Henri Manguin (1874-1949)
Claude au flûtiau, 1908
Huile sur toile - 116 x 89 cm
Collection particulière
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Il faut dire que Manguin est encore bien mal connu. Cela s’explique aisément : ses œuvres sont rares dans les collections publiques. Élève de Gustave Moreau dans l’atelier duquel il eut pour coreligionnaires la plupart des futurs Fauves, Manguin en fut incontestablement un représentant important ; il exposa pas moins de cinq tableaux (quatre d’entre eux sont réunis à Giverny) au Salon d’Automne de 1905 lors duquel celui-ci fut « baptisé » par Louis Vauxcelles (« Donatello dans la cage aux fauves »). L’invention du fauvisme n’est pas celle d’un seul homme, les échanges étant la règle, et les influences croisées, Manguin participa pleinement de cette effervescence. Mais il est difficile à comprendre car son style est très divers,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Impression(s), soleil

Article suivant dans Expositions : Ève ou la folle tentation