Les ventes de décembre à Londres


JPEG - 126.2 ko
1. Jan Asselijn (vers 1615-1652)
La brèche du Sint Anthonisdijk
la nuit du 5 au 6 mars 1651
, 1651
Huile sur toile - 85,5 x 108,2 cm
Vente Sotheby’s Londres, 3/12/14
Photo : Sotheby’s

1/12/14 - Marché de l’art - Londres - C’est, bien sûr, le Turner qui focalisera l’attention lors de la vente Sotheby’s du 3 décembre au soir à Londres. Mais même fort beau, même estimé 15 à 20 millions de livres, ce n’est certainement pas l’œuvre qui nous paraît la plus intéressante. On pourra lui préférer un chef-d’œuvre beaucoup plus inattendu, d’ailleurs inédit : La brèche de Sint Anthonisdijk, la nuit du 5 au 6 mars 1651 de Jan Asselijn, une toile absolument fascinante de ce peintre italianisant, représentant la rupture d’une digue lors d’une tempête, un épisode historique qui entraîna l’inondation d’une partie d’Amsterdam (ill. 1). Voilà un tableau dont on rêverait pour le Louvre qui n’a plus acheté de peintures nordiques du XVIIe siècle depuis des années…

Sotheby’s est cette fois la maison de vente anglaise dont les vacations de décembre sont les plus remarquables1. On admirera ainsi une grande marine de Willem van de Velde le jeune (ill. 2), une scène de naufrage d’une grande qualité et dans un état parfait, mais aussi un Saint Pierre pénitent de Ludovico Carracci, un ravissant cuivre de l’anversois actif à Bologne Denys Calvaert et une vue de palais par Jan van der Heyden.


JPEG - 108.1 ko
2. Willem van de Velde le jeune (vers 1633-1707)
Le Jupiter et un autre navire hollandais
naufragé sur une côte rocheuse

Huile sur toile - 119,5 x 157,5 cm
Ventes Sotheby’s Londres, 3/12/14
Photo : Sotheby’s
JPEG - 79.5 ko
3. Vendu comme Suiveur du XVIIIe siècle d’Anton van Dyck
Icare et Dédale
Huile sur toile - 112,3 x 93 cm
Vente Sotheby’s Londrse, 4/12/14
Photo : Sotheby’s

Ces œuvres sont vendues dans la Evening Sale, la plus prestigieuse, mais la Day Sale contient également des peintures dignes d’être citées, comme un beau Judith et Holopherne du florentin Matteo Rosselli où l’on remarquera la subtilité des coloris du costume de Judith. Dans cette même vacation est proposé un Icare et Dédale (ill. 3) catalogué comme d’un suiveur du XVIIIe siècle de Van Dyck, alors que la facture laisse plutôt penser à une toile peinte au XVIIe siècle, d’assez belle qualité. Beaucoup de visiteurs l’ont d’ailleurs remarquée.


JPEG - 146.5 ko
3. Rome, fin XVIIe-début XVIIIe siècle
Crâne ailé
Marbre -
Ventes Sotheby’s, 3/12/14
Photo : Sotheby’s
JPEG - 185.7 ko
4. Alceo Dossena (1878-1937)
Saint François
Marbre - H. 80 cm
Vente Sotheby’s, 3/12/14
Photo : Sotheby’s

Signalons enfin, pour les sculptures, un Crâne ailé spectaculaire (ill. 4), dont on peut penser malheureusement qu’il a été arraché jadis à un tombeau d’une église romaine et une curiosité : une sculpture de Saint François (ill. 5) cataloguée comme de l’Italie du Sud, XVIe siècle, cercle d’Annibale Caccavello et qualifiée d’ « extraordinaire », mais qui s’est vue à l’exposition reléguée au range d’œuvre d’Aleco Dossena, un faussaire du début du XXe siècle célèbre - et talentueux.


JPEG - 120.6 ko
5. Jean Pillement (1728-1808)
Tempête le long d’une côte rocheuse, avec des naufragés
Huile sur toile - 63,7 x 95,4 cm
Vente Christie’s, 3/12/14
Photo : Christie’s
JPEG - 151.5 ko
6. École d’Anvers, vers 1530
Paysage avec le repos pendant la fuite en Égypte
Huile sur panneau - 81,8 x 125,9 cm
Ventes Christie’s Londres, 2/12/14
Photo : Christie’s

Chez Christie’s, quelques œuvres retiennent l’attention parmi lesquelles nous reproduirons une scène de naufrage rare chez Jean Pillement (ill. 6) et un tableau anversois anonyme, vers 1530, une Vierge à l’enfant dans un paysage, non loin de Patinir (ill. 7).

Près de Sotheby’s, une exposition d’un fonds de dessins d’Hippolyte Lalaisse, chez Didier Aaron (un petit catalogue a été publié), mérite de retenir l’intérêt des amateurs de XIXe siècle et, chez Benjamin Proust, on pourra voir une superbe figure de saint en terre cuite du XVIIe siècle par le Manceau Gervais Delabarre.


Didier Rykner, lundi 1er décembre 2014


Notes

1On notera cependant qu’on est loin de la richesse des ventes de juillet.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Cinq portraits au pastel de Wallerand Vaillant préemptés par Versailles

Article suivant dans Brèves : Deux Christ en ivoire donnés au Louvre