Les Tentures du Parlement de Bretagne Contenu abonnés


Rennes, Musée des Beaux-Arts, du 27 février au 8 mai 2016.

Une série B d’horreur américaine, « Destination Finale », raconte comment une bande de jeunes ayant échappé miraculeusement à une mort certaine est rattrapée par la grande faucheuse qui n’accepte pas d’être privée de ses proies.
Le sort des tapisseries du Parlement de Rennes se rapproche de ce destin tragique : ayant survécu à l’incendie qui a frappé le bâtiment en 1994, elles furent envoyées pour être restaurées dans deux ateliers différents. Quelques mois plus tard, l’un d’entre eux, l’atelier Bobin, partit en flammes et celles qui y avaient été envoyées furent détruites.
Des deux tentures tissées aux Gobelins pour cet édifice, il ne reste donc plus que la moitié de chaque, qui n’ont pu être remises en place (à l’exception d’une seule tapisserie) et qui sont désormais conservées dans les réserves du Mobilier National. Ce sont ces deux grandes commandes que le Musée des Beaux-Arts de Rennes permet de redécouvrir en l’accompagnant de plusieurs sections dédiées à la restauration du Palais de Justice (le Parlement) de Rennes à la fin du XIXe siècle par l’architecte Jean-Marie Laloy et aux tapisseries de la Manufacture nationale des Gobelins commandées entre 1870 et 1914.



Les tentures du parlement de Bretagne par latribunedelart


L’exposition du Musée des Beaux-Arts de Rennes, hélas trop courte, est de celles que l’on peut qualifier d’exemplaire. Elle associe un travail de recherche très poussé, à la redécouverte, la restauration et la présentation d’œuvres peu connues et qui restaient jusqu’à aujourd’hui cachées aux yeux du public. Outre la remise à l’honneur de ces tapisseries, le visiteur découvrira aussi les extraordinaires cartons ayant permis aux lissiers de la manufacture de les tisser.
L’histoire de cet ensemble est tellement complexe que nous renverrons le lecteur curieux à l’excellent catalogue dirigé par Guillaume Kazerouni et publié par les éditions Snoeck. Car entre les diverses commandes à plusieurs peintres, les œuvres disparues dans l’incendie, les…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Autoportraits, de Rembrandt au selfie

Article suivant dans Expositions : Albert Maignan. Peintre et décorateur du Paris fin de siècle