Les Rouart, de l’impressionnisme au réalisme magique Contenu abonnés


Nancy, Musée des Beaux-Arts, du 7 novembre 2014 au 23 février 2015

C’est une saga picturale, une histoire de famille dont les membres ont été tour à tour modèles et artistes, dans un jeu de miroir qui reflète plus d’un siècle de création.


JPEG - 104.7 ko
1. Henri Rouart (1833-1912)
Autoportrait, vers 1880
Huile sur toile
Collection particulière
Photo : Christian Baraja
JPEG - 81.5 ko
2. Ernest Rouart (1874-1942)
Autoportrait, 1908
Huile sur panneau
Collection particulière
Photo : Christian Baraja

Les Rouart - Henri, son fils Ernest et son petit-fils Augustin (ill. 1, 2 et 3) - se sont toujours effacés devant les maîtres qu’ils ont admirés, côtoyés, reçus, collectionnés, et l’on a finalement oublié qu’eux-mêmes ont été peintres. « Ni l’ambition ni l’envie ni la soif de paraître ne l’ont tourmenté  », cette remarque de Paul Valéry1 à propos d’Henri, pourrait s’appliquer aux deux autres.
Il faut dire que certains artistes fameux entrèrent dans leur famille : outre la femme d’Henri Rouart, Hélène Jacob-Desmalter, qui descendait des fameux ébénistes, Ernest épousa Julie Manet, fille de Berthe Morisot et d’Eugène Manet (frère d’Edouard). Le couple était très proche de Paul Valéry et de sa femme, cousine de Julie Manet. Enfin, Augustin, neveu d’Ernest, était le fils de Louis Rouart et de Christine Lerolle (représentée avec sa sœur par Renoir), donc le petit-fils du peintre Henry Lerolle.

Depuis quelques années les Rouart sortent progressivement de l’ombre grâce à des expositions - au Musée de la Vie romantique en 20042, au Musée des années Trente en 20063, au Musée Marmottan en 20124 et grâce à la publication d’ouvrages.5.

JPEG - 157 ko
3. Augutin Rouart
Autoportrait au pinceau, 1944
Tempera - 35 x 27 cm
Collection particulière
Photo : Christian Baraja

Contrairement au Musée de la Vie Romantique qui mettait en avant la collection familiale, celui des Beaux-Arts de Nancy consacre une exposition à leur oeuvre peint, montrant pour chacun d’eux une quarantaine de tableau, déployés séparément sur des cimaises de couleurs différentes.
Nancy est la ville idéale pour…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Jacqueline Delubac, le choix de la modernité. Rodin, Lam, Picasso, Bacon

Article suivant dans Expositions : Entre Goltzius et Van Gogh. Dessins & Tableaux de la Fondation P. et N. de Boer