Entre Goltzius et Van Gogh. Dessins & Tableaux de la Fondation P. et N. de Boer Contenu abonnés


Paris, Fondation Custodia, du 13 décembre 2014 au 8 mars 2015.

JPEG - 107.9 ko
1. Pays-Bas du sud, vers 1505-1520
Vierge à l’enfant d’après Quentin Metsys
Lavis gris et noir, rehauts de
blanc - 31,4 x 23 cm
Amsterdam, Fondation P. & N. de Boer
Photo : Fondation Custodia

Célèbre galerie de tableaux habituée de la Tefaf à Maastricht et de Paris-Tableau, la galerie P. de Boer est familière des collectionneurs et des conservateurs. Mais la Fondation P. & N. de Boer, pourtant abritée dans le même hôtel particulier d’Amsterdam, et visitable par quiconque en fait la demande, est beaucoup moins connue. L’exposition de la Fondation Custodia est donc pour beaucoup une superbe découverte.

Cette collection fut constituée par le marchand Piet de Boer (1894-1974), qui réunit un ensemble exceptionnel de dessins anciens français, italiens et nordiques (essentiellement hollandais des XVIe et XVIIe siècles), mais aussi de peintures nordiques du XVIIe siècle et, plus surprenant dans l’écart chronologique et stylistique qu’il implique, des dessins et peintures de Vincent Van Gogh.
En 1964, il décida de créer la fondation qui porte son nom et celui de son épouse Nelly en lui cédant ces œuvres. Malheureusement, à la différence de Frits Lugt qu’il connaissait, il ne put doter cette fondation des fonds nécessaires pour la faire vivre suffisamment longtemps. C’est pourquoi les dessins étrangers - français et italiens - durent être vendus en 1995 par Christie’s afin de continuer à faire vivre la fondation. Cette perte est dommageable et fait regretter qu’une solution plus proche des musées, qui aurait permis de conserver l’ensemble intouché, n’ait pas été préféré.
L’ensemble, tel qu’il est désormais conservé, reste d’une grande cohérence et d’un intérêt exceptionnel et la Fondation Custodia expose un choix de dix-huit tableaux, d’une centaine de dessins et l’intégralité des œuvres de Van Gogh (trois peintures et cinq dessins).

JPEG - 422.7 ko
2. Maître de l’Adoration Liechtenstein
Adoration des Mages, vers 1549-1560
Plume et encre noire, lavis gris, rehauts de
gouache…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Les Rouart, de l’impressionnisme au réalisme magique

Article suivant dans Expositions : Bon Boullogne 1649-1717. Un chef d’école au grand siècle