Entre Goltzius et Van Gogh. Dessins & Tableaux de la Fondation P. et N. de Boer


Paris, Fondation Custodia, du 13 décembre 2014 au 8 mars 2015.

JPEG - 107.9 ko
1. Pays-Bas du sud, vers 1505-1520
Vierge à l’enfant d’après Quentin Metsys
Lavis gris et noir, rehauts de
blanc - 31,4 x 23 cm
Amsterdam, Fondation P. & N. de Boer
Photo : Fondation Custodia

Célèbre galerie de tableaux habituée de la Tefaf à Maastricht et de Paris-Tableau, la galerie P. de Boer est familière des collectionneurs et des conservateurs. Mais la Fondation P. & N. de Boer, pourtant abritée dans le même hôtel particulier d’Amsterdam, et visitable par quiconque en fait la demande, est beaucoup moins connue. L’exposition de la Fondation Custodia est donc pour beaucoup une superbe découverte.

Cette collection fut constituée par le marchand Piet de Boer (1894-1974), qui réunit un ensemble exceptionnel de dessins anciens français, italiens et nordiques (essentiellement hollandais des XVIe et XVIIe siècles), mais aussi de peintures nordiques du XVIIe siècle et, plus surprenant dans l’écart chronologique et stylistique qu’il implique, des dessins et peintures de Vincent Van Gogh.
En 1964, il décida de créer la fondation qui porte son nom et celui de son épouse Nelly en lui cédant ces œuvres. Malheureusement, à la différence de Frits Lugt qu’il connaissait, il ne put doter cette fondation des fonds nécessaires pour la faire vivre suffisamment longtemps. C’est pourquoi les dessins étrangers - français et italiens - durent être vendus en 1995 par Christie’s afin de continuer à faire vivre la fondation. Cette perte est dommageable et fait regretter qu’une solution plus proche des musées, qui aurait permis de conserver l’ensemble intouché, n’ait pas été préféré.
L’ensemble, tel qu’il est désormais conservé, reste d’une grande cohérence et d’un intérêt exceptionnel et la Fondation Custodia expose un choix de dix-huit tableaux, d’une centaine de dessins et l’intégralité des œuvres de Van Gogh (trois peintures et cinq dessins).

JPEG - 422.7 ko
2. Maître de l’Adoration Liechtenstein
Adoration des Mages, vers 1549-1560
Plume et encre noire, lavis gris, rehauts de
gouache blanche, sur papier préparé rose - 13,9 x 20,2 cm
Amsterdam, Fondation P. & N. de Boer
Photo : Fondation Custodia

La collection ne prétend pas refléter une histoire complète du dessin nordique : P. de Boer privilégiait la qualité et l’état, choisissant les artistes qu’il aimait sans se soucier d’une quelconque exhaustivité. On trouve beaucoup de grands noms, mais également des artistes plus confidentiels représentés par des chefs-d’œuvre.
La feuille la plus précoce exposée est une Vierge à l’enfant des Pays-Bas du sud (ill. 1), proche d’une œuvre peinte de Quentin Metsys mais dont l’identité de l’auteur, qui n’est pas forcément un membre de son atelier, reste indéterminée.
Parmi les dessins du XVIe siècle, on notera deux œuvres de Maarten van Heemskerck à la plume et encre brune, et une très belle Adoration des mages (ill. 2) réalisée sur un papier préparé rose par un artiste également anonyme, le Maître de l’Annonciation Liechtenstein.

Nous ne signalerons que quelques-uns des nombreux dessins du XVIIe siècle, l’un des plus frappants étant sans conteste la Tête écorchée d’un veau (ill. 3) de Jacques de Gheyn II (un artiste dont plusieurs feuilles sont présentées). On peut voir un beau dessin caravagesque d’Abraham Bloemaert (ill. 4), plusieurs paysages très poétiques dont une Vallée montagneuse par Joos de Momper, des sujets religieux (Le Reniement de saint Pierre par Jan Symonsz Pynas), des feuilles d’élèves de Rembrandt comme Nicolas Maes et Govert Flinck ou l’étude d’une proue de bateau par Willem van de Velde l’ancien (ill. 5).


JPEG - 325.6 ko
3. Jacques de Gheyn II (1565-1629)
Tête écorchée d’un veau, 1599
Lavis rouge, gris et jaune, rehauts de blanc - 15,7 x 20,3 cm
Amsterdam, Fondation P. & N. de Boer
Photo : Fondation Custodia
JPEG - 190.8 ko
4. Abraham Bloemaert (1566-1651)
Le Souper à Emmaüs, vers 1622
Pierre noir, lavis brun, rehauts de gouache blanche - 31,4 x 23 cm
Amsterdam, Fondation P. & N. de Boer
Photo : Fondation Custodia

JPEG - 159.7 ko
5. Willem van de Velde le vieux (1611-1693)
Le Dom van Uytrecht, vers 1660
Pierre noire - 37,5 x 36,2 cm
Amsterdam, Fondation P. & N. de Boer
Photo : Fondation Custodia

Il arrive que des dessins soient volés puis réapparaissent. Deux œuvres présentées ici sont dans ce cas. La première relève d’une histoire classique de spoliation : un Rembrandt (ill. 6), le seul hélas que conservait la Fondation P. & N. de Boer, s’est révélé avoir été volé par les nazis avant la guerre, avant de resurgir sur le marché de l’art où il fut finalement acquis, de bonne foi, par le collectionneur. Celui-ci fut donc contraint de le restituer, il fut vendu et racheté par un collectionneur privé qui l’a aimablement prêté pour cette exposition.
La seconde offre une histoire moins banale et qui témoigne des excellentes relations qu’ont nouées les deux fondations : il s’agit d’une feuille d’Adrian Pietersz van de Venne (ill. 7) qui appartenait à Frits Lugt mais fut volée pendant la Seconde guerre mondiale avant d’être achetée par P. de Boer en 1953. Pour Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, il n’est pas question de réclamer ce dessin1 qui fut acquis sans connaître sa provenance frauduleuse. Il se réjouit simplement que pendant quelques mois il puisse être présenté dans le lieu où il aurait dû être conservé.


JPEG - 242.7 ko
6. Rembrandt van Rijn (1606-1669)
Joseph sorti du puits par ses frères, vers 1637-1638
Plume et encre brune - 16,6 x 13,5 cm
Collection particulière
Photo : Fondation Custodia
JPEG - 95.6 ko
7. Hendrick Goltzius (1558-1617)
Crâne dans une niche d’un mur, 1616
Huile sur panneau - 51 x 39 cm
Amsterdam, Fondation P. & N. de Boer
Photo : Fondation Custodia

Les quelques peintures présentées sont également de la plus haute qualité2. Le Portrait de Jan Govertsz van der Aar est une œuvre célèbre de cet artiste, mais on peut lui préférer la remarquable petite vanité, Crâne dans une niche d’un mur, très simple et dépouillée mais d’autant plus claire dans son message.
Le maniérisme hollandais est particulièrement bien représenté puisqu’on peut également voir Neptune et Amphitrite de Cornelis van Haarlem et Mars et Vénus est une huile sur cuivre de Joachim Wtewael. Les autres peintures exposées sont des paysages et des natures mortes dont nous retiendrons deux œuvres particulièrement séduisantes : une huile sur cuivre de Jan Brueghel de Velours (ill. 8), qui ressemble déjà à une œuvre de son petit-fils Jan Van Kessel, et un panneau représentant un bouquet d’œillets (ill. 9) si beau qu’on ne comprend pas comment il peut rester privé d’identité, étant attribué seulement aux Pays-Bas du nord, vers 1620-1640.


JPEG - 306.7 ko
8. Jan Brueghel l’ancien (1568-1625)
Souris, rose, chenille, papillon, guêpe et fourmi, vers 1605
Huile sur cuivre - 8 x 11,5 cm
Amsterdam, Fondation P. & N. de Boer
Photo : Fondation Custodia
JPEG - 122.5 ko
9. Pays-Bas du nord, vers 1620-1640
Œillets dans un vase en verre sur une table, 1616
Huile sur panneau - 60,5 x 52 cm
Amsterdam, Fondation P. & N. de Boer
Photo : Fondation Custodia

De cette nature morte à Van Gogh, seul le pays d’origine du peintre et la qualité servent de fil conducteur. On l’a dit plus haut en effet, P. de Boer acheta plusieurs œuvres de cet artiste à une époque où elles étaient encore relativement abordables. Quatre dessins datent des mêmes années 1881-1882 lorsque Van Gogh était encore proche de l’école de La Haye et inspiré tout autant par Millet (ill. 10). Une huile sur panneau et une aquarelle sont de 1885 pour la première qui montre une vue d’Amsterdam, et de 1886 pour la seconde qui représente un moulin, mais parisien, le Blute-Fin à l’emplacement du moulin de la Galette.


JPEG - 121.7 ko
10. Vincent van Gogh (1853-1890)
Bêcheur, septembre 1881
Pierre noir, aquarelle - 31,4 x 23 cm
Amsterdam, Fondation P. & N. de Boer
Photo : Fondation Custodia
JPEG - 328.7 ko
11. Vincent van Gogh (1853-1890)
Champ de blé, juin 1888
Huile sur toile - 50 x 61 cm
Amsterdam, Fondation P. & N. de Boer
Photo : Fondation Custodia

Les deux derniers tableaux de Van Gogh sont de ceux qui plaisent au public, des œuvres post-impressionnistes, d’ailleurs fort belles. D’abord dédiée à l’art dans ce qu’il a de plus exigeant, la Fondation Custodia n’a pas voulu jouer à fond la communication autour de ces deux toiles , ce qui aurait sans doute pu ramener encore davantage de visiteurs. Seul regret pour cette exposition : son excellent catalogue est uniquement publié en anglais.


Commissaires : Hans Buijs et Ger Luijten.


Sous la direction de Hans Buijs et Ger Luijten, Goltzius to Van Gogh. Drawings and Paintings from the P. & N. de Boer Foundation, 2014, Fondation Custodia, Paris – THOTH Publishers, Bussum, 277 p., 49,50 €. ISBN : 9789068686685.


Informations pratiques : Fondation Custodia / Collection Frits Lugt, 121 rue de Lille, 75007 Paris. Tél : +33 (0)1 47 05 75 19. Ouvert tous les jours sauf le lundi, de 12 h à 18 h. Tarif : 6 € (réduit : 4 €).


Didier Rykner, lundi 2 février 2015


Notes

1Il est d’ailleurs probable, puisqu’il ne s’agit pas d’un musée, que la prescription s’applique.

2Trois d’entre elles avaient été présentées récemment lors du salon Paris-Tableau.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Les Rouart, de l’impressionnisme au réalisme magique

Article suivant dans Expositions : Bon Boullogne 1649-1717. Un chef d’école au grand siècle