Les descendants de Jean-Camille Formigé montent à la volée pour les Serres d’Auteuil


JPEG - 391.5 ko
Manifestation des opposants au projet d’extension
de Roland-Garros sur le jardin des serres d’Auteuil
Photo : Didier Rykner (7/6/15)

7/6/15 - Patrimoine - Paris, Serres d’Auteuil - Décidée il y a seulement trois jours, d’une manière un peu improvisée après le coup de force du Premier ministre (voir l’article) décidant d’accorder les permis de construire à la Fédération française de tennis, la manifestation qu’organisait aujourd’hui les opposants au massacre des Serres d’Auteuil ne pouvait pas être très fournie. Les militants, devant l’entrée du jardin, qui haranguaient les amateurs de tennis au cri de « Le tennis oui, le béton non, sauvons les Serres d’Auteuil ! », étaient tout de même environ deux ou trois cent, ce qui a eu l’air d’inquiéter les CRS, donnant lieu à une démonstration de force - heureusement éphémère - assez grotesque et disproportionnée.
Parmi les participants à cette manifestation, on pouvait voir notamment Yves Contassot, l’un des fers de lance du combat, mais également la famille Formigé, descendants de Jean-Camille Formigé, l’architecte des serres et du jardin.
Ceux-ci sont particulièrement déterminés à faire valoir le droit moral qu’ils possèdent sur l’œuvre de leur aïeul. Et le prénom de son arrière-arrière-petit-fils dit assez à quel point sa famille se sent concernée par celui-ci : il s’appelle, lui aussi, Jean-Camille Formigé.



Les descendants de Jean-Camille Formigé montent... par latribunedelart


Si les associations peuvent tout craindre de procès et de recours qui se termineront probablement devant le Conseil d’État, le droit moral est soumis au jugement des tribunaux civils, absolument indépendants du pouvoir politique. Et le droit moral est absolu. Les Formigé sont donc un véritable atout pour les Serres d’Auteuil et nous avons tenu à leur donner la parole (voir la vidéo). Pour Jean-Camille Formigé, Roland-Garros ne s’installera jamais sur les Serres d’Auteuil où il dénaturerait complètement l’œuvre de son aïeul. Fleur Pellerin ne cesse de défendre la propriété intellectuelle et le droit d’auteur. On ne comprend pas bien que la ministre de la Culture ne soit pas, comme sa collègue de l’Écologie, farouchement contre ce projet qui viole de manière aussi évidente le droit d’auteur de Jean-Camille Formigé.


Didier Rykner, dimanche 7 juin 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une instance de classement posée sur une partie du mobilier d’Haroué

Article suivant dans Brèves : Deux statues de la Renaissance pour le musée de Toul