Les acquisitions du Louvre Abou-Dhabi Contenu abonnés


JPEG - 107.6 ko
1. Paul Gauguin (1848-1903)
Les enfants luttant, 1888
Huile sur toile - 93 x 73 cm
Abou-Dhabi, Louvre-Abou-Dhabi
Photo : Wikimedia

Nous verrons bientôt à Paris l’exposition qui a lieu actuellement à Abou-Dhabi, mais le catalogue qui l’accompagne permet désormais d’avoir une bonne idée de la politique d’acquisition de France-Muséums.
Nous l’avons déjà dit : que l’on soit pour ou contre ce projet, il a été signé et doit désormais être mené de la manière la moins mauvaise possible pour toutes les parties. Sur le plan des acquisitions, l’émirat était ainsi censé bénéficier du savoir faire des conservateurs français et nous avions dénoncé la confusion des genres que cela faisait régner : aucun autre pays dans le monde ne laisse ses conservateurs acquérir des œuvres pour un musée étranger. Il fallait être particulièrement attentif à ne pas faire d’achats qui priveraient les musées français d’œuvres importantes susceptibles d’y entrer un jour.

Le Louvre Abou-Dhabi sera donc un « musée universel ». L’absurdité d’une telle ambition a souvent été soulignée : même en y mettant des moyens illimités, il serait à peu près impossible d’y parvenir, alors que les plus grands chefs-d’œuvre sont en grande partie conservés déjà dans des musées, et que certains artistes sont introuvables sur le marché. Le premier conseil qu’auraient dû donner le Louvre et France-Muséums à Abou-Dhabi était de restreindre son ambition et de se fixer quelques axes de développement ce qui, à l’arrivée, aurait permis d’aboutir à un ensemble à la fois plus cohérent et plus intéressant.
Car le rassemblement d’œuvres ici publié tient davantage de l’auberge espagnole que du musée. A l’ère du zapping, on a une nouvelle fois une illustration de ce concept dans le domaine de l’histoire de l’art.

JPEG - 41.5 ko
2. Jérémie Plume (actif dans la première moitié du XVIIe siècle)
Nature morte au garde manger, 1628
Huile sur toile - 103 x 186 cm
Abou-Dhabi, Louvre-Abou-Dhabi
Photo : D. R.

Non que la qualité des œuvres soit…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Après dix ans de travaux, le Rijksmuseum rouvre au public

Article suivant dans Musées : Tableaux italiens en quête d’auteur au Musée des Beaux-Arts de Quimper