Le Salon du dessin, édition 2015 Contenu abonnés


JPEG - 496.9 ko
1. Frans Snyders (1579-1657)
Étude d’un chien endormi
Pierre noire, sanguine et craie blanche - 181 x 269 cm
Galerie Motte-Masselinck
Photo : Galerie Motte-Masselinck

Toujours le même, mais toujours renouvelé. La réussite du Salon du Dessin prouve la vitalité du marché de l’art parisien, alors que pas moins de cinq jeunes galeristes français exposent pour la première ou la deuxième fois dans le Palais de la Bourse. La relève est déjà assurée, tandis que beaucoup d’« anciens » sont toujours là, et on l’espère pour longtemps. Pour certains, il s’agit d’une dynastie comme c’est le cas de la galerie Prouté, ou de la galerie de Bayser qui avait cédé une quinzaine de dessins dès la soirée d’inauguration. Même si certaines ventes étaient déjà plus ou moins conclues avant l’ouverture du Salon, tous les galeristes que nous avons interrogés – y compris ces « jeunes » sur lesquels nous reviendrons – étaient très satisfaits, pas seulement parce qu’ils s’étaient déjà séparés de plusieurs feuilles, mais aussi en raison de la qualité des visiteurs. On voyait en effet se presser dans les allées tout ce que le monde du dessin compte de collectionneurs et de conservateurs.


JPEG - 191.9 ko
2. Giambattista Tiepolo (1696-1770)
Académie d’homme assis
Pierre noire, sanguine, rehauts
de craie blanche - 42 x 29,4 cm
Galerie Marty de Cambiaire
Photo : Galerie Marty de Cambiaire
JPEG - 179.7 ko
3. France ou Italie, XVIIe siècle
Étude de bateaux d’apparat
Plume et lavis d’encre brune - 38 x 48,5 cm
Galerie Tarantino
Photo : Galerie Tarantino

Parmi ces cinq jeunes marchands donc, qui avaient chacun de très beaux stands, nous commencerons avec Nathalie Motte-Masselinck qui participait au Salon pour la deuxième année consécutive. Nous avons retenu chez elle (le choix n’était pas facile) une feuille vendue dès la soirée de mardi : un dessin de Frans Snyders représentant un chien (ill. 1).
Chez Marty de Cambiaire, parmi beaucoup de grands dessins publiés dans un beau catalogue – tous n’étaient d’ailleurs pas…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Marché de l’art : Tefaf 2015 : beaucoup de regrets pour les musées français

Article suivant dans Marché de l’art : La Brafa : édition 2016