Le préfet du Loiret autorise la destruction de la rue des Carmes


JPEG - 72.5 ko
Benoit Lebrun (1754-1819)
Immeuble du 45, rue des Carmes
Photo : Didier Rykner

23/4/2012 - Patrimoine - Orléans, rue des Carmes - Alors que tous les fonctionnaires sont invités à ne prendre aucune position publique, même sur les sujets les plus anodins (voir notre brève précédente) en raison de la période électorale, alors que celle-ci devrait surtout inciter le gouvernement et les préfets à expédier les affaires courantes, celui du Loiret n’a pas hésité, pour complaire au maire UMP d’Orléans, Serge Grouard, à déclarer d’utilité publique la destruction d’une grande partie de la rue des Carmes, une voie ancienne, dont les habitations datent du XVe au XVIIIe siècle (voir nos articles).

Cette décision n’est d’ailleurs pas une surprise après la démission complète du ministère de la Culture sur cette affaire et le scandale de la double enquête publique : la première, n’ayant pas donné satisfaction aux bétonneurs, a été refaite pour complaire à l’élu local. Et tout cela dans une ZPPAUP (dont il est vrai qu’elle ne sera bientôt plus qu’une coquille vide...).
Il est ahurissant qu’en 2012 on puisse encore avoir à se battre pour ne pas détruire un quartier ancien, dans une ville par ailleurs largement bombardée par les Allemands en 1940. On aimerait d’ailleurs comprendre les vraies raisons de cet acharnement, alors que plus rien ne justifie ces démolitions puisqu’il n’est plus question de faire passer des voitures dans cette rue à côté du tramway. Une fois de plus, ce sont les citoyens qui vont devoir contrer le vandalisme officiel. La SPPEF, association nationale de protection du patrimoine reconnue d’utilité publique, sera le fer de lance de ce combat12.


Didier Rykner, lundi 23 avril 2012


Notes

1Rappelons également le rôle de l’association locale Aux Carmes citoyens comme nous l’avions annoncé dans notre précédent article.

2Voir aussi l’interview d’Alexandre Gady.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Période de réserve électorale : les DRAC muselées par une consigne sans fondement légal

Article suivant dans Brèves : Acquisition d’une peinture de Bartolomé Pérez de la Dehesa par le musée de Cleveland