Le Désir de la beauté : La Wiener Werkstätte et le Palais Stoclet Contenu abonnés


Bruxelles, Palais des Beaux-Arts. 17 février 2006 – 28 mai 2006

Après sa présentation à Vienne (au Mak, Musée des Arts appliqués), cette exposition est accueillie au Palais des Beaux-Ats de Bruxelles, dit aussi le « Bozar » (les français avec leur « Monum’ » ne sont donc pas seuls à affectionner les logos, le marketing culturel et la phonétique…). Précisons que ce lieu, très dynamique, est aussi un bâtiment fort intéressant dû à Victor Horta (avec en particulier sa superbe salle de concert), qu’il mérite la visite par lui-même et qu’un vaste projet de restauration lui permettra de retrouver d’ici quelques années l’intégralité de ses espaces d’origine.

JPEG - 20.8 ko
1. Logo de la Wiener Werkstätte
MAK, Österreichisches Museum
für angewandte Kunst, Vienne
© Service de presse
Voir l'image dans sa page
JPEG - 105.6 ko
2. Le Palais Stoclet, Bruxelles,
Moderne Bauformen XIII, 1914
Photo : MAK/Georg Mayer
Voir l'image dans sa page

JPEG - 96.1 ko
3. Josef Hoffmann (1876-1957)
Bureau de dame pour l’appartement
du Dr Hermann Wittgenstein
, 1905
MAK, Österreichisches Museum
für angewandte Kunst, Vienne
Photo : MAK/Georg Mayer
Voir l'image dans sa page

Il faut se féliciter de cet événement qui présente l’histoire de la Wiener Werkstätte, groupement d’artistes fondé en 1903 par Josef Hoffmann et Koloman Moser. Héritiers des théories de l’Art nouveau, ces créateurs et leurs associés souhaitaient réconcilier arts appliqués et Beaux-Arts dans une conception esthétique généralisée ; cet « art total » englobait ainsi mobilier, textiles, céramiques, arts graphiques, bijoux mais aussi architecture et jardins. De 1905 à 1935, la WW, au célèbre logo (ill. 1) commercialisa toutes ces productions collectivement sans occulter, cependant, la signature de chacun des associés. L’exposition présente un ensemble considérable d’objets (1500 pièces) et un millier de documents (livres, affiches, manuscrits, projets, échantillons etc) qui illustrent le foisonnement créatif et l’ampleur de l’entreprise ; les spécialistes se régalent de ce fonds documentaire magnifié par l’exposition. Les…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Puvis de Chavannes. Une voie singulière au siècle de l’Impressionnisme

Article suivant dans Expositions : Théo van Rysselberghe