Lancement d’une souscription pour la restauration de la maquette du Mont Saint-Michel


JPEG - 55.1 ko
Edouard Corroyer (1835-1904)
Théodore Fouchée
Maquette de la Merveille, avant 1884
Calcaire de l’Oise et bois - 2600 x 2280 cm
Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine
Photo : CAPA photo A. Chauvet

16/9/14 - Souscription - Paris, Cité de l’Architecture - Il devient urgent de restaurer la maquette du Mont Saint-Michel qui fut elle-même conçue pour expliquer le projet de restauration du monument. Celle-ci fut confiée en 1878 à Édouard-Jules Corroyer, architecte des Monuments historiques, qui avait obtenu le classement de l’édifice en 1874.
La maquette ne représente pas le Mont dans son intégralité, mais les parties gothiques, le châtelet d’entrée et ce qu’on appelle la « Merveille ». Elle en propose une vision restaurée. Une partie en écorché permet de voir l’intérieur de façon détaillée. Étonnamment, elle est en pierre (composée de plusieurs blocs) alors que les maquettes d’architecture sont le plus souvent en bois ou en plâtre. Ses dimensions sont également inhabituelles, l’échelle est à 1/20e.

D’une finesse et d’une précision admirables cette pièce fut réalisée d’après les indications de Corroyer par l’entrepreneur en maçonnerie Fouché qui reçut pour cela une médaille d’or à l’exposition des Arts décoratifs de 1884. Elle fut ensuite offerte au musée de la Sculpture comparée et se trouve dans les réserves de la Cité de l’architecture depuis 2003
L’œuvre fut déplacée plusieurs fois, démontée, remontée, sa structure est par conséquent sévèrement altérée. Son poids (presque une tonne) est en soi un problème, dans la mesure où la maquette repose sur une partie basse qui a été évidée. Certains éléments ont en outre été refaits en plâtre, et le tout fut recouvert d’une patine aujourd’hui abimée, qu’il faudrait dégager.

La Cité de l’Architecture et du Patrimoine lance donc une souscription pour la restauration de cette maquette, qui devrait nécessiter quelque 150 jours de travail. Il est possible de faire un don en ligne en passant par le site ulule.com à partir du 20 septembre 2014 (ou d’envoyer un chèque directement à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine). Comme toujours, les dons sont déductibles à 66% de l’impôt sur le revenu, dans la limite de 20% du revenu imposable.
Le retour de la maquette à la Cité s’accompagnera d’une exposition-dossier en 2015.

Lien vers le site de la Cité de l’Architecture.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 16 septembre 2014





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Amiens déroule et restaure d’autres grands tableaux du XIXe

Article suivant dans Brèves : Une Descente de croix de Louis-Ferdinand Antoni acquise par le Musée de Bastia