La restauration express de l’Elysée Contenu abonnés


6/8/11Restauration – Paris, Palais de l’Elysée L’annonce a pu surprendre : la restauration de la Cour d’Honneur de l’Elysée, du Salon Murat (où se tient habituellement le Conseil des Ministres) et du Salon des Ambassadeurs doit se faire en quatre semaines chrono, pendant le mois d’août.
Quatre semaines, un temps bien plus court que toutes les restaurations de ce type. On pouvait donc craindre que ce délai, imposé par la Présidence de la République, ne se fasse au détriment de la qualité des travaux. Nous avons pu visiter ce chantier et, fort heureusement, d’après ce que nous avons pu voir, il semble que les choses se passent pour l’essentiel dans les règles de l’art, à l’exception d’un point très important sur lequel nous reviendrons un peu plus loin.


JPEG - 200 ko
1. Travaux de restauration de la Cour d’Honneur de l’Elysée
5 août 2011
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page
JPEG - 188.1 ko
2. Travaux de restauration de la Cour d’Honneur de l’Elysée
5 août 2011
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

JPEG - 166.2 ko
3. Travaux de restauration de la Cour d’Honneur de l’Elysée
Mascarons recouverts d’un masque d’argile
5 août 2011
Photo : Didier Rykner
Voir l'image dans sa page

Les travaux de la Cour d’Honneur (ill. 1 et 2) ne posent pas de problème particulier. Michel Goutal, l’architecte en chef des monuments historiques en charge des résidences présidentielles, nous a expliqué comment il pouvait mener un tel chantier en un mois seulement, au lieu d’un an comme cela aurait été la règle habituellement. Une grande partie du travail, comme la taille des pierres, a été réalisée en amont, en atelier. L’organisation en deux équipes intervenant sans interruption de 6 heures du matin à 22 h, y compris le samedi (et le dimanche pour les intérieurs), ainsi que la mobilisation de plusieurs centaines d’ouvriers font le reste.
Si un certain nombre de pierres ont dû être changées, cela ne concerne qu’un très faible pourcentage de la façade. Celle-ci et les mascarons qui l’ornent ont été nettoyés…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un buste de Mme de Sermezy et une esquisse de Bonnat pour le Musée des Beaux-Arts de Lyon

Article suivant dans Brèves : La restauration du retable de saint Jacques et saint Etienne de Jan van Scorel